L’objectif premier de la politique monétaire au Canada est de contribuer au mieux-être des Canadiens en favorisant une croissance économique soutenue, la progression de l’emploi et l’amélioration du niveau de vie. L’expérience a clairement montré que la meilleure façon d’atteindre cet objectif est de donner aux entreprises et aux ménages du pays confiance dans la valeur de la monnaie qu’ils utilisent.

En 1991, il y a vingt ans, le Canada a adopté un régime de ciblage de l’inflation pour le guider dans la formulation de sa politique monétaire. Depuis, l’inflation mesurée par l’indice des prix à la consommation (IPC) est descendue au niveau bas, stable et prévisible de près de 2 %, la production réelle s’est accrue en moyenne de près de 3 % par an, la tenue du marché du travail a été robuste et le taux de chômage est tombé en deçà de 6 % avant la crise économique et financière mondiale de 2008-2009. Ces progrès ont été favorisés par l’engagement pris de concert par le gouvernement fédéral et la Banque du Canada à l’égard de la cible d’inflation, lequel a aidé à ancrer les attentes d’inflation et rendu plus stable et moins incertain le contexte économique dans lequel les Canadiens prennent leurs décisions en matière d’investissement et de dépenses.

La crise économique et financière mondiale a fait ressortir la valeur du régime flexible de ciblage de l’inflation du Canada. Grâce au régime de ciblage de l’inflation, à une politique budgétaire prudente et à un système financier national solide, le Canada a été l’une des économies avancées les plus performantes pendant et après la crise économique et financière mondiale. Le Canada est le seul pays membre du G7 à avoir plus que regagné à la fois toute la production et tous les emplois perdus au cours de la récession.

À la lumière de ces résultats positifs, le gouvernement canadien et la Banque du Canada ont convenu de reconduire la cible d’inflation selon les termes suivants :

  • la cible continue d’être définie en fonction du taux d’augmentation sur douze mois de l’IPC global;
  • elle demeure fixée à 2 %, le point médian d’une fourchette qui va de 1 à 3 %;
  • la nouvelle entente porte également sur une période de cinq ans, qui prendra fin le 31 décembre 2016.

La Banque poursuivra ses recherches en vue d’améliorer le cadre de conduite de sa politique monétaire. Avant la fin de 2016, le gouvernement et la Banque dresseront un bilan de la période écoulée et des résultats de ces recherches, et détermineront la cible appropriée pour les années suivantes.

L’engagement pris par le gouvernement et la Banque à l’égard de la cible de maîtrise de l’inflation permettra aux Canadiens de continuer à jouir des avantages que procure, sur le plan économique et social, un taux d’inflation bas, stable et prévisible, et affermira la confiance dans les perspectives économiques du pays au cours des années à venir.