L’une des façons d’internaliser les externalités que chaque banque impose au reste du système financier consiste à soumettre les institutions bancaires à une exigence supplémentaire de fonds propres établie selon leur importance systémique. Cette importance étant difficile à mesurer à cause de la complexité du système financier, certains préconisent l’application aux grandes banques d’exigences supplémentaires plus élevées, sans tenir compte d’autres facteurs tels que le degré d’interconnexion. Les auteurs de l’étude considèrent diverses structures de réseau interbancaire se caractérisant par deux mesures différentes de la centralité. Leurs résultats révèlent que la taille n’est pas toujours en soi un bon indicateur de l’importance systémique : celui-ci gagne à être complété par un portrait détaillé des expositions interbancaires. Un établissement d’assez petite taille jouant un rôle disproportionné sur le marché interbancaire pourrait avoir une plus grande importance systémique et ainsi se voir assujetti à des exigences supplémentaires plus rigoureuses qu’une banque un peu plus grosse mais moins interconnectée. Les indicateurs de l’importance systémique essentiellement fondés sur la taille de l’institution ne sont adéquats que s’il existe une corrélation positive entre le degré de centralité des banques au sein d’un réseau interbancaire et leur taille.