Les auteurs examinent la capacité relative de règles simples de ciblage de l’inflation et de ciblage du niveau des prix à minimiser tant la variabilité de l’inflation que les fluctuations économiques au Canada lorsque les chocs subis ont d’importantes retombées sur les cours mondiaux des produits de base. Ils constatent que ces derniers peuvent jouer un rôle déterminant dans les mérites relatifs de ces deux types de règles de politique monétaire. En particulier, des coûts d’ajustement réels considérables de l’offre et de la demande d’énergie engendrent des pressions très persistantes sur les coûts et donc sur l’inflation. Ces pressions entraînent une nette détérioration de l’arbitrage entre l’inflation et l’écart de production, surtout pour les banques centrales qui poursuivent une cible de niveau des prix.