Le présent article examine l’évolution que connaissent les banques centrales à la lumière de l’expérience récente et met l’accent sur l’intégration de l’incertitude dans le processus d’élaboration de la politique monétaire. L’incertitude à laquelle les banques centrales sont confrontées dans un contexte d’après-crise est plus profonde que celle faisant généralement l’objet d’analyses rigoureuses et ne se prête pas aussi facilement à la modélisation formelle. Dans la pratique, le décideur dépend des modèles macroéconomiques pour la mise au point d’un plan cohérent en matière de politique monétaire, et en raison de cette exigence de cohérence, l’incertitude fondamentale doit être explicitement prise en compte dans l’élaboration de cette politique. Ce faisant, la formulation de la politique ne repose plus sur un modèle purement technique, mais plutôt sur un processus de gestion des risques. C’est donc dire qu’il faut tenir compte de l’incertitude de façon un peu plus réaliste dans le message de la Banque, tout en se fiant aux marchés pour jongler avec les flux de données et s’ajuster dans les deux sens. L’évolution sera sûrement longue. On encourage les chercheurs à poursuivre leurs efforts pour en arriver à une compréhension pratique des rouages de l’économie, et ainsi reconnaître que les règles entourant les comportements économiques ne sont pas immuables, mais varient presque inévitablement au fil du temps ou des événements.