Les comptes de retraite à impôt différé et l’immobilier sont deux composantes importantes du portefeuille d’actifs des ménages. Dans notre étude, nous élaborons un modèle de cycle de vie qui permet d’examiner l’interaction entre l’utilisation des comptes de retraite à impôt différé et les décisions en matière de logement. Le modèle génère des profils d’accession à la propriété durant le cycle de vie et une composition de la valeur nette des ménages qui sont conformes, dans l’ensemble, aux données provenant de la Survey of Consumer Finances (enquête sur les finances des consommateurs). Nos résultats indiquent que les comptes de retraite à impôt différé favorisent l’accession à la propriété, car les ménages tirent avantage du traitement fiscal préférentiel que leur procurent à la fois ce type de compte et la possession d’une résidence. À l’avoir propre foncier, les ménages substituent les actifs détenus dans des comptes de retraite à impôt différé. En effet, ils accumulent leur épargne dans ces comptes et réduisent leurs mises de fonds (ils contractent donc des prêts hypothécaires plus élevés); par conséquent, ils deviennent propriétaires plus tôt dans leur vie. Cela dit, les politiques relatives au logement, comme l’exigence de mise de fonds minimale et la déductibilité des intérêts hypothécaires, influencent davantage les décisions des ménages concernant le logement que l’utilisation des comptes de retraite à impôt différé.