Les communiqués de presse annonçant et expliquant les décisions en matière de politique monétaire jouent un rôle essentiel dans la stratégie de communication des banques centrales. Étant donné l’influence que ces communiqués peuvent avoir sur les marchés, la façon dont ils sont rédigés revêt une importance particulière. Souvent, les banques centrales se basent sur la déclaration précédente, qu’elles mettent à jour en n’apportant que de petits changements. Il est alors facile de comparer les déclarations et de faire le point sur l’évolution des réflexions des banques centrales. Cette étude analyse la mesure dans laquelle une telle similarité des déclarations des banques centrales influe sur la réception de leur contenu dans les marchés financiers. Les auteurs, qui prennent pour exemple la Banque du Canada (la banque centrale d’un pays du G7 qui a dû le moins compter sur des mesures de politique monétaire non traditionnelles après la crise financière mondiale et qui a par conséquent, d’une manière générale, maintenu sa stratégie de communication au sujet de la politique monétaire), montrent que les communiqués présentant des différences de formulation plus importantes entraînent une accentuation de la volatilité des marchés financiers, ce qui laisse entendre que leur contenu est plus difficile à assimiler. Parallèlement, les communiqués qui se ressemblent d’une publication à l’autre génèrent une volatilité moindre des marchés, mais cette dernière s’intensifie considérablement à partir du moment où la formulation est actualisée.