Cette étude analyse la période où des billets émis par des banques privées et des billets émis par l’État (les billets du Dominion) circulaient simultanément au Canada. Comme ces deux types de billets de banque présentaient de nombreux points communs avec les monnaies numériques d’aujourd’hui, les leçons tirées de l’époque où ils étaient en circulation peuvent éclairer le fonctionnement possible des monnaies numériques. Les auteurs présentent d’abord un bref survol historique de l’apparition de ces billets et de la réglementation concernant leur émission. À partir de données historiques, ils évaluent à quel point les billets de banque étaient utiles comme moyen d’échange en se penchant sur leur performance en fonction de certains aspects : facilité d’effectuer des transactions, contrefaçon, sûreté, rareté et parité de change (uniformité monétaire). Ils examinent ensuite si l’introduction de billets émis par l’État a amélioré la performance des billets de banque comme moyen d’échange et notent que cela n’a pas été le cas. L’amélioration du fonctionnement des billets de banque a été attribuable à des modifications apportées à la réglementation par les pouvoirs publics. Se fondant sur les expériences canadienne et américaine, les auteurs concluent que les monnaies numériques privées ne seront pas parfaitement sûres sans intervention publique, qu’une monnaie numérique émise par l’État ne ferait pas disparaître les monnaies numériques privées existantes, et qu’une intervention publique sera nécessaire pour faire des monnaies privées et de la monnaie émise par l’État une seule monnaie uniforme.