Dans la littérature, deux approches méthodologiques ont servi à évaluer l’importance relative des chocs induits par de nouvelles informations sur le futur comme source de volatilité du cycle économique. La première est une approche empirique qui fait appel à une spécification en termes de vecteur autorégressif structurel afin d’évaluer l’importance relative de pareils chocs, tandis que la seconde se fonde sur un modèle structurel d’équilibre général. Les résultats de la première approche portent à croire que les chocs technologiques attendus constituent une source importante de volatilité du cycle économique, alors que selon la deuxième, les chocs technologiques attendus ne sont pas susceptibles de provoquer une quelconque volatilité du cycle économique. La présente étude remet en question cette dernière conclusion en exposant un modèle structurel d’équilibre général comprenant des chocs induits par de nouvelles informations, adapté de façon à reproduire la relation de cointégration entre la productivité totale des facteurs et le prix relatif de l’investissement. Si l’on tient compte de la cointégration des technologies neutres et des technologies spécifiques à l’investissement, les chocs attendus en déviation par rapport à la tendance stochastique commune expliquent respectivement environ 22, 32, 34 et 20 % de la variance de la production, de l’investissement, des heures et de la consommation aux États-Unis, ce qui concilie les prédictions de la théorie avec les données.