Dans ce document de travail, nous étudions l’incidence de la politique commerciale protectionniste que le Canada a adoptée en 1879 sur la prospérité du pays. À la suite de la mise en oeuvre de la Politique nationale, le tarif douanier pondéré moyen a augmenté au Canada pour passer de 14 à 21 %. Il est généralement admis qu’il s’agissait d’une politique à effet distorsionnaire qui a influé négativement sur la prospérité du pays. Nous soutenons que ce point de vue est incomplet parce qu’il ne tient pas compte des effets d’équilibre général. À l’aide d’un modèle d’équilibre général multisectoriel intégrant des biens différenciés, nous montrons que l’incidence des tarifs douaniers sur la prospérité peut être positive – même dans de petites économies ouvertes – parce que ceux-ci influencent les termes de l’échange. Nous appliquons ces considérations théoriques à la réévaluation de l’incidence de la Politique nationale sur la prospérité du Canada en utilisant des données détaillées nouvellement compilées sur le commerce et la production pour la période de 1870 à 1913, et de nouvelles estimations contemporaines de l’élasticité de la demande d’importations, calculées à l’aide de données historiques. Nos résultats donnent à penser que les changements tarifaires associés à la Politique nationale ont, en réalité, fait augmenter la prospérité du Canada, soit un accroissement du PIB se situant entre 0,13 et 0,20 %, bien qu’un accord de libre-échange multilatéral aurait augmenté davantage la prospérité du pays.