Les cycles économiques sont très fortement corrélés d’un pays à l’autre. Pour autant, la plupart des modèles n’arrivent pas à créer de transmission importante des cycles à travers les échanges internationaux. Nous montrons que la nature de cette transmission dépend essentiellement des caractéristiques qui gouvernent la réaction de l’offre de travail et de la demande de travail à l’évolution des prix relatifs internationaux. Nous ajoutons au modèle standard du cycle économique international trois éléments importants : un effet de richesse faible à court terme sur l’offre de travail, un taux d’utilisation variable du capital et des intrants intermédiaires importés pour la production. Ce modèle peut générer une transmission endogène de grande ampleur des chocs technologiques à travers les échanges internationaux. Nous démontrons cette caractéristique en estimant le modèle à partir de données canadiennes et américaines au moyen de techniques bayésiennes à information limitée. Nous constatons que le modèle parvient à rendre compte de l’effet important des chocs technologiques permanents survenus aux États-Unis sur des variables agrégées de l’économie canadienne, comme la production et les heures de travail, présentés dans un modèle vectoriel autorégressif structurel. La transmission par le canal des échanges internationaux permet d’expliquer l’essentiel des co-mouvements des cycles économiques des États-Unis et du Canada.