Nous modélisons l’introduction d’un nouveau moyen de paiement (monnaie électronique) qui concurrence un moyen de paiement existant (numéraire). L’usage de ce nouveau moyen de paiement s’accompagne de coûts moins élevés par transaction pour les acheteurs et les vendeurs. Cependant, les vendeurs doivent régler des frais fixes pour accepter cette nouvelle méthode de paiement. À cause d’effets de réseau, notre modèle admet deux équilibres symétriques de Nash issus d’une stratégie pure. Dans un équilibre, le nouveau moyen de paiement n’est pas adopté et toutes les transactions continuent d’être réglées avec le moyen de paiement existant. Dans l’autre équilibre, le nouveau moyen de paiement est adopté et supplante le moyen de paiement existant. Cet équilibre, qui repose uniquement sur le nouveau moyen de paiement, est optimal du point de vue social, car il fait baisser les coûts totaux de transaction. À l’aide de ce modèle, nous étudions la sélection des équilibres en menant une expérience en laboratoire. Nous constatons, selon le montant des frais fixes exigés pour l’adoption de la nouvelle méthode de paiement et selon les choix opérés par les acheteurs et vendeurs participants, que chaque équilibre peut être choisi. Plus précisément, l’imputation de frais fixes peu élevés aux vendeurs favorise l’adoption très rapide du nouveau moyen de paiement par tous les participants, alors que sous l’impulsion de frais suffisamment élevés, les vendeurs apprennent progressivement à refuser le nouveau moyen de paiement et une bonne partie des transactions se règlent avec le moyen de paiement existant. Un modèle d’apprentissage évolutif permet en outre de bien reproduire la dynamique observée dans les données expérimentales.