Nous examinons l’incidence de la contagion mimétique ex post sur le niveau ex ante du risque systémique entendu au sens de probabilité de défaillances bancaires conjointes. Du fait du risque de contrepartie ou d’expositions à des facteurs de risque communs, de mauvaises nouvelles sur telle banque donnent des renseignements très utiles sur telle autre, d’où la contagion mimétique. Quand les banques sont exposées à des facteurs de risque communs, cette contagion les incite à effectuer de petits ajustements à leurs portefeuilles, ce qui augmente le risque systémique global. En revanche, quand elles sont exposées au risque de contrepartie, elles se tournent massivement vers des portefeuilles plus prudents, ce qui réduit le risque systémique.