À partir des données sur les créances bancaires bilatérales tirées des statistiques bancaires territoriales de la Banque des Règlements Internationaux pour la période allant de 1995 à 2014, nous analysons l’incidence de la politique monétaire sur les flux bancaires transfrontières. Nous constatons que la politique monétaire d’un pays source est un déterminant important des flux bancaires transfrontières. De plus, nous notons des signes qui montrent que le canal transfrontière du rééquilibrage des portefeuilles fonctionne en parallèle avec le canal traditionnel des prêts bancaires. À mesure que le resserrement des conditions monétaires des pays sources fait diminuer la valeur nette des emprunteurs nationaux et la valeur de leurs garanties, les banques réaffectent leurs prêts au détriment des emprunteurs nationaux relativement risqués pour privilégier les contreparties étrangères plus sûres. Cette réaffectation transfrontière du crédit est plus prononcée pour les pays sources dotés d’un secteur financier faible et probablement plus réfractaire au risque. La réaffectation est en outre dirigée vers les emprunteurs des économies avancées ou ceux des économies émettrices de titres souverains de qualité. Plus particulièrement, le resserrement de la politique monétaire dans les pays sources accroît le crédit transfrontière destiné au Canada. Notre étude fait ressortir les répercussions de la politique monétaire nationale sur le crédit étranger, ce qui améliore la compréhension du mécanisme international de transmission de la politique monétaire par l’intermédiaire des banques mondiales.