Comme les facteurs fondamentaux du marché boursier ne semblent pas permettre d’effectuer des prédictions significatives des rendements à court terme, nous nous intéressons plutôt, dans cette étude, aux importants risques à la baisse (risques de krach). Nous analysons donc la relation de cointégration entre l’indice composite S&P (en logarithme) et les revenus (en logarithme) concernant la période 1871-2015, que nous combinons aux revenus lissés afin d’établir, pour commencer, un niveau de prix de référence contrefactuel. Le résidu, c’est-à-dire l’écart entre les prix rééls et les prix de référence, procure une meilleure estimation (significative sur le plan économique) de la probabilité d’un krach dans un modèle logit, comparativement à d’autres indicateurs comme les dividendes et la dynamique des prix. Les estimations hors échantillon sur fenêtre glissante mettent en lumière la difficulté d’une telle tâche. Néanmoins, les résultats globaux obtenus corroborent l’idée répandue selon laquelle des cours boursiers élevés au regard des facteurs fondamentaux laissent supposer un risque accru de krach.