Les banques centrales ne peuvent pas donner d’indications complètes sur leurs interventions futures, mais il est de leur intérêt et de celui des participants aux marchés qu’elles fassent preuve de transparence au sujet de leur fonction de réaction et de son possible changement face aux évolutions économiques, aux chocs et aux risques pesant sur leurs prévisions.

Dans cette étude, nous présentons les différents moyens par lesquels la Banque du Canada cherche à expliquer ses perspectives économiques et ses décisions de politique monétaire, une large place étant accordée à sa méthode de prise en compte des différentes sources d’incertitude dans ses communications sur la politique monétaire. Pour permettre aux marchés et aux autres intéressés de comprendre sa fonction de réaction, la banque centrale doit expliquer quelles incertitudes pèsent sur sa politique et comment (ou si) elle en tient compte dans la formulation de cette dernière. L’analyse des incertitudes gagne surtout en importance lorsque l’économie est confrontée à un choc majeur ou que la banque centrale modifie son point de vue ou l’orientation de sa politique.

La position des marchés et celle de la banque centrale ne concordent pas toujours. Les communications sur la politique monétaire ne devraient pas avoir pour but d’harmoniser ces différents points de vue, mais de les éclairer, à savoir aider les marchés à comprendre les objectifs de la Banque et exposer la logique qui sous-tend ses décisions de politique monétaire. À cette fin, la banque centrale doit faire preuve de transparence au sujet des incertitudes qui influent sur ses perspectives économiques, de leurs possibles effets et de leur prise en compte dans ses décisions. Nous présentons ici certains des chantiers récents ou à venir qui visent à atteindre ces objectifs et à améliorer les communications de la Banque du Canada.