Les dernières années ont vu renaître un intérêt pour la réglementation des marchés interbancaires. Une revue de la littérature sur ce sujet souligne deux lacunes. D’abord, la plupart des auteurs se basent sur des hypothèses ad hoc quant à l’univers des contrats du marché interbancaire. Par conséquent, il est difficile de tirer des conclusions convaincantes pour la formulation des politiques. De plus, la littérature tend à se concentrer sur des interventions ex-post, qui ne sont mises en place que lorsque le marché interbancaire a subi une perturbation (par exemple, les opérations d’open-market, les interventions de prêteurs de dernier ressort, les sauvetages), plutôt que sur des politiques prudentielles ex-ante. Dans cette étude, nous visons à combler ces lacunes en construisant un modèle simple du marché interbancaire dans lequel les banques choisissent de façon optimale la forme de leurs contrats interbancaires. Nous montrons que le modèle peut générer des épisodes qui s’apparentent de façon qualitative aux perturbations des marchés interbancaires observées lors de la crise financière. Les simulations du modèle révèlent des éléments importants pour l’élaboration de politiques. Plus spécifiquement, nous montrons que la politique optimale requiert une coordination minutieuse entre interventions ex-ante et ex-post et, fait surprenant, que ce sont les interventions ex-ante qui tiennent les premiers rôles. Cela semble indiquer que les travaux existants sous-estiment le rôle des interventions ex-ante dans la réglementation interbancaire.