Nous étudions les défauts de règlement sur le marché des obligations du gouvernement du Canada. Nous constatons que ces défauts ne surviennent pas de façon indépendante. À l’aide d’un nouvel ensemble complet de données, nous examinons trois facteurs à l’origine de ces défauts. Premièrement, la probabilité de défaut est plus élevée à la suite de la publication de nouvelles macroéconomiques inattendues. Deuxièmement, les défauts risquent davantage de toucher les obligations qui se négocient intensément sur le marché de l’emprunt. À la lumière de ces constats, la recirculation des obligations le long de longues chaînes de règlement se révèle un élément important pour comprendre les défauts. Troisièmement, les chances qu’un défaut ait lieu sont plus grandes lorsque les taux d’intérêt sont bas et que le coût d’emprunt d’une obligation est élevé, le défaut étant probable en raison de frictions agissant comme contraintes sur le prix d’emprunt. Ensemble, ces constatations donnent à penser que l’amélioration du mécanisme d’établissement des prix sur le marché de l’emprunt pourrait faciliter la recirculation des obligations présentes en quantité limitée et améliorer le fonctionnement du marché obligataire.