Au cours des dernières années, la Banque des Règlements Internationaux a constaté que l’écart du ratio crédit/PIB du Canada s’est accentué et dépasse les seuils signalant des tensions à venir dans le système bancaire. Dans notre note, nous nous penchons sur les sous-composantes du crédit et tirons les conclusions suivantes : 1) le fait d’exclure les entreprises publiques non financières réduit l’écart du ratio crédit/PIB à un niveau bien en deçà des seuils préoccupants; 2) le fait d’exclure les emprunts entre sociétés affiliées (c’est-à-dire de ne tenir compte que des emprunts intermédiés par des banques ou les marchés financiers) réduit de façon notable le niveau du ratio crédit/PIB et creuse légèrement l’écart. Enfin, nous examinons aussi la littérature et analysons les avantages et les limites de l’utilisation de l’écart du ratio crédit/PIB comme instrument de mesure des vulnérabilités du système financier canadien.