Natalia Kyui

Économiste principale

Natalia Kyui est économiste principale au département des Analyses de l’économie canadienne. Ses intérêts de recherche inclus l’économie du travail, l’économétrie appliquée, l’économie de l’éducation, ainsi que la microéconomie appliquée. Elle est titulaire d’un doctorat en économie de l’École d’Économie de Paris.

Communiquer avec

Natalia Kyui

Économiste principale
Analyses de l'économie canadienne
Études sur l'économie canadienne

Banque du Canada
234, rue Wellington
Ottawa, ON, K1A 0G9

Dernières parutions

Labour Force Participation: A Comparison of the United States and Canada

Note analytique du personnel 2017-9 James Ketcheson, Natalia Kyui, Benoit Vincent
Cette note examine les facteurs à l’origine de la hausse récente du taux d’activité aux États-Unis et s’interroge sur la vraisemblance d’une évolution comparable au Canada. L’accroissement du taux d’activité aux États-Unis a résulté essentiellement du redressement de l’activité des travailleurs dans la force de l’âge qui a succédé à la baisse survenue après la crise.

Downward Nominal Wage Rigidity, Inflation and Unemployment: New Evidence Using Micro‐Level Data

Note analytique du personnel 2017-6 Dany Brouillette, Natalia Kyui
Selon une étude récente, la rigidité à la baisse des salaires nominaux (RBSN) sur le marché canadien du travail aurait pris de l’ampleur à la suite de la récession de 2008‐2009 (voir Brouillette, Kostyshyna et Kyui, 2016).

April 2017 Annual Reassessment of Potential Output Growth in Canada

La présente note résume la réévaluation de la croissance de la production potentielle à laquelle procède annuellement la Banque du Canada et dont les résultats sont publiés dans le Rapport sur la politique monétaire d’avril 2017. Le taux de croissance de la production potentielle devrait passer de 1,3 % en 2017 à 1,6 % d’ici 2020.

Downward Nominal Wage Rigidity in Canada: Evidence from Micro- Level Data

Document de travail du personnel 2016-40 Dany Brouillette, Olena Kostyshyna, Natalia Kyui
Nous évaluons l’importance de la rigidité à la baisse des salaires nominaux au Canada au moyen de microdonnées sur les entreprises et la main-d’oeuvre. Plus précisément, nous analysons les données administratives des Grands règlements salariaux, obtenues auprès d’employeurs, ainsi que les données de l’Enquête sur la dynamique du travail et du revenu, recueillies auprès des ménages.

16 mai 2016 Analyse microéconomique et macroéconomique de la rigidité à la baisse des salaires nominaux

L’article examine l’ampleur de la rigidité à la baisse des salaires nominaux (RBSN) au Canada et ses implications pour la politique monétaire. Les auteurs se demandent si l’existence de la RBSN constitue un argument suffisant en faveur du relèvement de la cible d’inflation si l’on répond adéquatement aux préoccupations à l’égard de la valeur plancher des taux d’intérêt nominaux.

Plus

Autre

Revues avec comité de lecture

Formation

  • Doctorat: École d’Économie de Paris, Université Paris-1 Panthéon Sorbonne
  • Maîtrise en économie: Université Paris-1 Panthéon Sorbonne
  • Maîtrise en économie: Université d’État – École des Hautes Études en Sciences Économiques
  • Baccalauréat en économie: Université d’État – École des Hautes Études en Sciences Économiques

Intérêts de recherche

  • Économie du Travail
  • Économie de l’Éducation
  • Économétrie Appliquée
  • Microéconomie Appliquée
  • Évaluation des Politiques Publiques