Complément d’information sur la publication des taux de change dans le site Web de la Banque du Canada.

Quels taux la Banque publie-t-elle?

  • La Banque du Canada publie des données sur les taux de change de 26 devises.
  • L’institution publie quotidiennement un seul taux par paire de monnaies, au plus tard à 16 h 30 (heure de l’Est), qui représente le taux moyen quotidien.
  • Ces 26 devises englobent la grande majorité des opérations de change visant le dollar canadien. Leur sélection tient compte des 20 principales devises au chapitre du volume des transactions (selon l’enquête triennale sur les opérations de change menée par la Banque des Règlements Internationaux – en anglais seulement) et des monnaies des 20 grands partenaires commerciaux du Canada (selon les données de Statistique Canada sur le commerce international canadien de marchandises). La liste de ces devises fait l’objet d’un examen tous les trois ans, à l’issue duquel elle est ajustée au besoin.
  • Depuis le 1er mai 2017, la Banque ne publie plus de nouvelles données sur les taux de change obtenus à l’aide d’anciens modes de calcul, notamment les taux de change à midi et à la clôture et les niveaux les plus hauts et les plus bas des taux. Les données historiques sont toutefois archivées dans le site Web de l’institution.
  • Pour obtenir de plus amples renseignements, veuillez consulter le communiqué de presse  ou le document décrivant le mode de calcul.

Pourquoi la Banque a-t-elle apporté des changements visant les taux de change qu’elle publie?

Le 1er mars 2017, la Banque a apporté des changements visant les taux de change qu’elle publie pour les raisons suivantes :

  • rappeler que les taux de change de la Banque du Canada sont fournis en tant que biens publics – à des fins de statistique, d’analyse et d’information exclusivement – et non en tant que taux de référence pouvant servir à des fins transactionnelles;
  • refléter le fait qu’il est maintenant facile de consulter les taux de change à partir de nombreuses autres sources;
  • tenir compte des efforts de grande envergure déployés à l’échelle internationale visant à revoir l’établissement des taux de change de référence, dans la foulée d’une vaste consultation publique;
  • être en adéquation avec des changements similaires entrepris par d’autres banques centrales.

Qu’a fait la Banque pour préparer les utilisateurs à ces changements?

  • En 2014, la Banque a mené une vaste enquête auprès du public afin de mieux comprendre l’incidence de ces changements.
  • Elle a retardé d’un an leur mise en œuvre et les a communiqués longtemps à l’avance pour donner aux utilisateurs suffisamment de temps pour s’ajuster, y compris trouver d’autres sources de taux de change.
  • La Banque a consulté plusieurs organismes du gouvernement fédéral à propos de ces changements et a avisé les autorités provinciales et les associations sectorielles concernées.
  • Pendant une période de deux mois, du 1er mars au 28 avril 2017, elle a publié les nouvelles données sur les taux de change parallèlement aux données existantes.
  • Depuis le 1er mai 2017, la Banque continue de publier les taux de change, à titre de biens publics, de 26 devises à des fins de statistique, d’analyse et d’information.

Pourquoi la Banque a-t-elle réduit le nombre de devises pour lesquelles elle publie les taux de change?

  • Les résultats de l’enquête menée par la Banque en 2014 ainsi que les propres données de l’institution donnent à penser que les données relatives à beaucoup de devises calculées à l’aide des anciens modes de calcul sont rarement utilisées.
  • La Banque a décidé de limiter le nombre de devises dont elle publie les taux à celles qui représentent la majorité des opérations de change visant le dollar canadien et qui sont faciles à négocier.
  • Cette approche est en adéquation avec les pratiques d’autres grandes banques centrales.

Pourquoi la Banque ne publie-t-elle qu’un seul taux par jour? Pourquoi a-t-elle changé son mode de calcul?

  • La Banque a changé son mode de calcul pour que le résultat corresponde à la moyenne des taux de change enregistrés durant un jour ouvrable donné au Canada plutôt qu’à un moment précis de la journée.
  • Ce changement renforce la distinction entre les taux de référence utilisés à des fins transactionnelles et les taux de change que la Banque du Canada fournit à titre de biens publics, à des fins de statistique, d’analyse et d’information exclusivement.
  • Les changements se sont inscrits dans le cadre des vastes efforts déployés par les autorités officielles à l’échelle internationale visant à revoir l’établissement des taux de change de référence. Ils tiennent compte notamment des recommandations du Conseil de stabilité financière sur les taux de référence ainsi que des principes de l’Organisation internationale des commissions de valeurs régissant les indices de référence.

À quels autres endroits peut-on consulter les taux de change?

  • Contrairement à l’époque où la Banque a commencé à publier ses taux de référence, il y a de cela plusieurs décennies, il est aujourd’hui facile de consulter les taux à partir de nombreuses autres sources : multiples plateformes de négociation, sources accessibles dans Internet et autres fournisseurs de données.

La Banque a-t-elle conservé toutes les données historiques?

  • La Banque a conservé telles quelles toutes les données historiques sur les taux de change. Elle ne les retraitera pas ni ne les recalculera. Les données calculées à l’aide de l’ancien mode de calcul sont archivées dans le site Web de l’institution.

La Banque a-t-elle maintenu à jour ses outils de consultation des taux de change?

  • La Banque a conservé ses divers outils de consultation des taux de change, mais leur a apporté les ajustements nécessaires pour qu’ils reflètent les changements, tout en assurant l’intégrité des données historiques. Pour obtenir de plus amples renseignements, reportez-vous au mode de calcul.

Combien d’utilisateurs consultent les données de la Banque sur les taux de change?

  • Les pages du site de la Banque consacrées aux taux de change reçoivent plus d’un million de visiteurs par mois, ce qui représente 80 % de toutes les pages vues dans le site www.banqueducanada.ca.