Les auteurs analysent les techniques qui ont servi à l'estimation de la production potentielle. Les ayant trouvées déficientes, ils proposent, quant à eux, une technique de filtrage simple faisant appel à plusieurs variables, qui n'est pas autre chose qu'une généralisation du filtre à variable unique de Hodrick-Prescott. Lorsque des filtres à variable unique sont utilisés, seuls les renseignements tirés de la variable elle-même sont mis à contribution dans l'élimination du bruit et l'estimation de la tendance sous-jacente de la série chronologique. La généralisation proposée par les auteurs tire parti d'autres données pour affiner l'évaluation de la production potentielle. Les auteurs observent par exemple que si les variations de la production potentielle induisent sur l'inflation des effets différents de ceux qui découlent des fluctuations cycliques de la production, les informations obtenues sur l'inflation peuvent aider à estimer la production potentielle. À l'aide de simulations de Monte-Carlo, ils montrent qu'il est possible d'améliorer les estimations de la production potentielle en exploitant l'information relative à l'inflation et d'autres types d'information que permet de recueillir le filtre à plusieurs variables. Ils comparent aussi les résultats qu'ils obtiennent en appliquant leur technique aux séries chronologiques canadiennes pour estimer la production potentielle avec ceux qui sont obtenus à l'aide du filtre de Hodrick-Prescott et de méthodes plus traditionnelles. Les auteurs soutiennent que la technique de filtrage à plusieurs variables est supérieure aux modèles quasi structurels ayant trait à la production potentielle en ce sens qu'elle permet, à partir de renseignements généraux tirés de la théorie économique, de repérer des informations utiles sans imposer de restrictions axées sur des représentations imparfaites de la structure véritable de l'économie.