Searching for the Liquidity Effect in Canada

Disponible en format(s) : PDF

Les auteurs examinent empiriquement la pertinence des effets de liquidité au Canada. Sous l'hypothèse d'effet de liquidité, l'incidence initiale d'un choc expansionniste non anticipé de la politique monétaire consiste en une diminution momentanée des taux d'intérêt nominaux et réels. Cependant, comme les anticipations d'inflation s'ajustent au nouveau taux d'expansion monétaire, leur effet finit par se manifester et dominer l'effet de liquidité. Les taux d'intérêt se mettent alors à augmenter. Dans leur étude, les auteurs font appel à la méthode d'estimation des vecteurs autorégressifs pour étudier comment les taux d'intérêt, la production et les taux de change réagissent aux chocs de politique monétaire. Ils se servent des réserves excédentaires des banques à charte et de leur composante non anticipée comme mesures des chocs de la politique monétaire. Plus précisément, ceux-ci sont mesurés par les innovations orthogonalisées de ces variables de liquidité. Les auteurs ont observé que les chocs expansionnistes de politique monétaire sont suivis par des baisses de taux d'intérêt, des hausses de la production et des dépréciations du dollar canadien. Les résultats obtenus résistent bien aux changements d'agencement des variables utilisées dans l'estimation des vecteurs autoregressifs. La réaction des taux d'intérêt aux chocs de politique monétaire est peu sensible aux diverses mesures de liquidité utilisées, mais la réaction des autres variables a tendance à varier légèrement.

Aussi publié sous le titre :

Revue canadienne d’économique (0008-4085)
Novembre 1997, vol. 30, no 4b, p. 1057-1082