The Economic Theory of Retail Pricing: A Survey

Disponible en format(s) : PDF

La relation verticale entre fabricants et détaillants donne lieu à des types de contrats plus complexes que ceux qui sont généralement postulés dans les modèles macroéconomiques courants. Fabricants et détaillants ne font pas que fixer des prix unitaires, ils recourent aussi à une tarification non linéaire et à des modalités non tarifaires. Ces modalités contractuelles constituent ce qu'on appelle des contraintes verticales et peuvent inclure le paiement de redevances de franchisage, l'imposition de prix de revente plafond ou plancher, la signature d'accords de vente exclusive et d'exclusivité territoriale ou le versement de frais de référencement. Le choix d'un type de contrainte de préférence à un autre et ses répercussions dépendent avant tout des hypothèses formulées concernant la structure du marché, en amont comme en aval, et du rapport de forces entre fabricants et détaillants. L'auteure brosse un tableau de ce que la littérature relative à l'organisation industrielle nous apprend sur l'établissement des prix de détail. Elle montre que les contraintes verticales ont un effet notable sur les prix à la production et à la consommation, de même que sur la structure du marché, l'efficience et le bien-être. Elle relève aussi d'autres implications susceptibles de revêtir de l'importance sur le plan macroéconomique.

Aussi publié sous le titre :

The Economic Theory of Vertical Restraints
Journal of Economic Surveys (0950-0804)
Décembre 2005, vol. 20, no 5, p. 797-822