Efficiency and Economies of Scale of Large Canadian Banks

Disponible en format(s) : PDF

Les auteurs mesurent les économies d'échelle et le rapport efficacité-coût dans le temps des six principales banques canadiennes. Pour ce faire, à partir d'un ensemble unique de données longitudinales allant de 1983 à 2003, ils estiment des fonctions de coût regroupées, de type translog, à partir desquelles ils établissent des indices d'efficience relative et d'économie d'échelle. La désagrégation des données leur permet de créer un modèle selon lequel les banques canadiennes sont associées à de multiples produits, notamment dans des branches d'activité non traditionnelles. Ils incorporent aux fonctions de coût des composantes tenant compte des changements d'ordre technologique et réglementaire intervenus durant la longue période couverte par les données analysées ainsi que de leurs effets spécifiques, variables dans le temps, sur les banques. Les auteurs sont amenés à rejeter l'hypothèse de rendements d'échelle constants, invalidée par leur modèle. Leurs conclusions donnent à penser qu'il y a place à des économies d'échelle au sein du secteur bancaire canadien. Les auteurs constatent également que les changements technologiques et réglementaires survenus ont eu une nette incidence positive sur la structure de coûts des banques.

Publication :

Revue canadienne d’économique (0008-4085)
Février 2007, vol. 40, no 1, p. 225-244