Les auteurs étudient l'incidence macroéconomique d'un taux d'inflation tendanciel non nul à l'aide d'un modèle d'équilibre général stochastique et dynamique simple où les prix sont rigides. Ils montrent que la présence d'une inflation tendancielle réduit de beaucoup le niveau des moyennes stochastiques de la production, de la consommation et de l'emploi. Ils montrent aussi qu'elle accentue la variabilité de la plupart des agrégats et la persistance de leurs fluctuations. La dispersion des prix entre entreprises amplifie incontestablement l'effet négatif de l'inflation sur le bien-être. Ces résultats se vérifient sur le plan qualitatif, peu importe la manière dont l'hypothèse de rigidité des prix est modélisée, mais les effets sont plus accusés en termes quantitatifs dans un modèle de détermination des prix à la Calvo.

Publication :

Journal of Money, Credit and Banking (0022-2879)
Octobre 2007, vol. 39, no 7, p. 1821-1838