Welfare Effects of Commodity Price and Exchange Rate Volatilities in a Multi-Sector Small Open Economy Model

Disponible en format(s) : PDF

Le nouveau modèle keynésien élaboré par l'auteur décrit une petite économie ouverte composée de quatre secteurs : produits de base, biens manufacturés, biens non échangeables internationalement et biens importés. Le degré de rigidité des prix et des salaires varie d'un secteur à l'autre et est modélisé au moyen de contrats à la Calvo-Yun. Le travail et le capital sont imparfaitement mobiles d'un secteur à l'autre. Les produits de base, dont les prix sont établis de façon exogène sur les marchés mondiaux et exprimés en une monnaie étrangère, sont exportés ou servent d'intrants dans la production nationale de biens manufacturés et de biens non échangeables. Les paramètres structurels décrivant la règle de politique monétaire, le degré de rigidité des salaires et des prix, l'ampleur des coûts d'ajustement du capital et les processus exogènes sont estimés en appliquant la méthode du maximum de vraisemblance à des données canadiennes et américaines couvrant la période 1981-2005. Les résultats de l'estimation indiquent une hétérogénéité considérable d'un secteur à l'autre. L'auteur procède ensuite à des simulations en vue d'évaluer l'incidence de variations des prix des produits de base sur la variabilité du taux de change réel et analyse leurs répercussions sur le bien-être en résolvant le modèle au moyen d'un schéma d'approximation d'ordre 2. Il montre que, en modifiant les termes de l'échange, les variations des prix des produits de base contribuent de façon significative aux fluctuations du taux de change et à la variabilité de la production au sein de la petite économie ouverte. En outre, du fait de la présence de plus d'un type de relation non linéaire dans le modèle, les variations des prix des produits de base entraînent des gains de bien-être si un régime de changes flottants est adopté. Un tel régime s'avère également nécessaire pour réaliser de nouveaux gains de bien-être et compenser les retombées négatives des autres chocs intérieurs et étrangers.