Les auteurs examinent les récentes évolutions qu’ont connues certaines monnaies numériques, en s’intéressant en particulier aux monnaies exclusives à une plateforme, comme les crédits Facebook. À l’aide d’un modèle formalisant la gestion d’une plateforme, ils concluent qu’il ne sera sans doute pas rentable pour leurs promoteurs que de telles monnaies se développent au point de concurrencer les monnaies émises par les États en devenant pleinement convertibles.