The Role of Card Acceptance in the Transaction Demand for Money

Disponible en format(s) : PDF

L’utilisation de cartes de paiement, qu’il s’agisse de cartes de débit ou de crédit, se généralise dans les économies développées. Le règlement en espèces y reste toutefois très répandu. Les auteurs formulent l’hypothèse que le refus des règlements par cartes dans certains points de vente explique en grande partie la place importante que conserve l’argent comptant. Ils élaborent un modèle simple de demande de monnaie inspiré de la théorie de gestion des stocks, qui anticipe un lien de cause à effet entre l’augmentation de l’acceptation des règlements par cartes et la diminution de la demande d’argent liquide. Les auteurs testent le modèle à partir de données détaillées provenant de journaux d’achats tenus par des consommateurs autrichiens et canadiens, tout en tenant compte de l’endogénéité de l’acceptation des règlements par cartes. D’après les résultats obtenus, cette dernière a effectivement une incidence considérable sur la demande d’argent comptant. L’élasticité estimative de la consommation à la demande de monnaie (0,23 pour l’Autriche contre 0,11 pour le Canada) est plus faible que celle prévue par le modèle classique de Baumol-Tobin (0,5), qui décrit les stocks et la demande de monnaie des ménages. Au moyen de simulations contrefactuelles, les auteurs quantifient l’incidence d’une hausse de l’acceptation des règlements par cartes sur la demande de numéraire. L’acceptation fait baisser la demande d’argent liquide ainsi que l’élasticité de la consommation à cette demande.