International Spillovers of Large-Scale Asset Purchases

Disponible en format(s) : PDF

Dans cette étude, les auteurs évaluent les effets de débordement internationaux des achats massifs d’actifs en s’appuyant sur un modèle d’équilibre général dynamique et stochastique à deux pays intégrant des rigidités réelles et nominales et les effets liés aux rééquilibrages des portefeuilles. Ces effets sont attribuables au fait que les portefeuilles d’obligations à court terme et d’obligations à long terme de chaque pays ne constituent pas des substituts parfaits, de même que les obligations nationales et étrangères au sein de ces portefeuilles. Les auteurs montrent que les achats massifs d’actifs font diminuer les rendements des obligations nationales et étrangères à long terme et stimulent l’activité économique dans les deux pays, à savoir les États-Unis et le reste du monde. Les effets de débordement internationaux prennent de l’ampleur lorsque la part des obligations américaines à long terme en régime permanent dans le portefeuille du reste du monde est plus grande, lorsque l’élasticité de substitution entre les obligations à court et long terme diminue ou lorsque l’élasticité de substitution entre les obligations nationales et étrangères augmente. Les auteurs constatent également que si les programmes d’achat d’actifs de la Réserve fédérale peuvent générer des répercussions similaires sur la production que sa politique monétaire traditionnelle, leurs effets de débordement internationaux sont plus importants. Cette constatation s’explique par deux facteurs : les effets liés aux rééquilibrages des portefeuilles induits par la politique non traditionnelle semblent plus marqués, et les détenteurs étrangers d’obligations américaines affichent une forte préférence pour les obligations à long terme.