Tout sur l’argent au 21e siècle

À quoi sert l’argent et comment nous l’utilisons à l’ère numérique

Qu’est-ce que l’argent?

On a du mal à s’imaginer un monde sans argent. Avant son invention, les gens devaient s’échanger des biens et des services. C’était difficile et peu pratique : imaginez-vous devoir échanger une vache contre des vêtements ou payer la gardienne avec du blé (littéralement!).

Pour répondre à la question « Qu’est-ce que l’argent? », on peut décrire à quoi il sert et les problèmes qu’il résout.

  • L’argent est un moyen d’échange. Il facilite l’achat et la vente de biens. Par exemple, il est plus facile de sortir son portefeuille au supermarché que d’y amener son troupeau ou des boisseaux de blé.
  • L’argent est une réserve de valeur. Un des grands problèmes qu’on rencontre quand on paie avec des vaches ou du blé, c’est qu’ils ne durent pas éternellement. Après un certain temps, les vaches vieillissent et le blé pourrit, et votre « monnaie » perd alors sa valeur. Un billet de 10 $ garde sa valeur nominale, peu importe quand vous le dépensez.
  • L’argent est une unité de compte. Il permet de comparer facilement les prix. Si un commerçant accepte de se faire payer en vaches et qu’un autre veut du blé, il est difficile de savoir qui offre le meilleur prix. C’est plus simple si tous les prix sont en dollars.

On peut aussi voir l’argent moderne d’une autre manière : c’est une convention sociale. La société accorde une valeur aux billets de banque et aux pièces de monnaie, ce qui nous aide à effectuer des choix éclairés lorsque nous faisons des achats, épargnons pour l’avenir ou payons nos dettes. Toutefois, la valeur de la monnaie repose sur la confiance. La Banque du Canada s’efforce de veiller à ce que les dollars canadiens gardent leur valeur au fil du temps.

Créer de l’argent pour les Canadiens

Quand la plupart des gens pensent à l’argent, ils se représentent des billets de banque et des pièces de monnaie. Les billets de banque canadiens sont conçus et émis par la Banque du Canada, et les pièces de monnaie, par la Monnaie royale canadienne.

La Banque veille à ce que les billets canadiens soient sûrs et acceptés comme mode de paiement en les rendant difficiles à contrefaire.

Le billet vertical de 10 $ est doté d’éléments de sécurité robustes, faciles à vérifier et difficiles à contrefaire.

L’argent, c’est plus que les espèces

À notre époque, les modes électroniques de paiement – cartes de débit, cartes de crédit ou téléphones intelligents – sont de plus en plus répandus. Nous délaissons peu à peu les formes traditionelles de paiement, comme les billets de banque et les chèques.

Systèmes de paiement et de compensation

Peu importe le mode de paiement utilisé, la somme d’argent appropriée doit passer de l’acheteur au vendeur. Quand on paie comptant, cet échange est tout simple. Mais si on paie par voie électronique, ça se complique. Pensez à ce qui se produit quand vous tapez votre carte de débit sur un terminal. Ce geste envoie un message à votre banque pour lui indiquer de transférer une certaine somme de votre compte à celui du vendeur, et ce compte n’est pas nécessairement dans la même institution que le vôtre.

Nos banques et nos systèmes de paiement appliquent des contrôles pour que toutes les transactions se fassent correctement, sans exception. Chaque transaction électronique est enregistrée, et Paiements Canada fait en sorte que la somme appropriée circule dans nos systèmes de paiement.

La Banque du Canada doit absolument comprendre comment l’argent se déplace dans ces systèmes, car elle est responsable :

  • de surveiller les systèmes de paiement qui sont importants pour le système financier;
  • de favoriser la sécurité et l’efficience de ces systèmes afin de gérer les risques potentiels pour la stabilité financière et économique du Canada.

Monnaie numérique

Si vous avez un compte PayPal ou que vous vous servez de cartes prépayées pour acheter des jeux vidéo, vous utilisez de la monnaie numérique. Cette forme de monnaie est libellée dans des unités monétaires connues, comme le dollar canadien ou américain, et est stockée sur téléphone mobile, tablette, carte à puce ou serveur informatique.

Des institutions comme la Banque des Règlements Internationaux définissent la monnaie numérique comme une valeur monétaire stockée sur un support électronique, émise contre une remise de fonds et acceptée comme moyen de paiement par des entités autres que son émetteur.

La monnaie numérique est conservée dans un « dispositif de stockage » pendant son déplacement, par voie électronique, de la source à la destination. C’est ce qui la distingue du paiement électronique, où les fonds passent directement de l’acheteur au vendeur.

Plusieurs clients pour un seul destinataire

Prenons l’exemple d’une personne qui loue sa maison à des vacanciers et qui utilise un service en ligne comme PayPal pour se faire payer. Ce service recueille les fonds de différents clients et les transfère ensuite dans le compte du propriétaire.

Service de paiement en ligne

Un client pour plusieurs destinataires

Maintenant, imaginons qu’une personne se sert d’une carte de paiement prépayée pour faire ses courses. Que le client utilise les fonds chargés sur la carte pour faire un seul achat dans un magasin ou plusieurs achats à différents endroits, le commerçant recevra le paiement du fournisseur de services de paiement, et non du client.

Carte de paiement prépayée

Ce qui explique la popularité des paiements numériques

  • Ils sont aussi rapides et pratiques que l’argent comptant, mais nous évitent de devoir transporter et compter des pièces de monnaie et des billets.
  • Ils permettent de faire des achats en ligne.
  • Ils évitent aux commerçants de manipuler des espèces et de rendre la monnaie.

Dans le monde entier, les technologies financières changent nos façons de payer.

Cryptoactifs

Toutes les transactions électroniques dont nous avons parlé jusqu’à présent laissent une trace. Jusqu’à récemment, l’argent comptant était le seul moyen d’acheter ou de vendre quelque chose anonymement.

Les produits virtuels comme le bitcoin sont en train de changer cela. Ces cryptoactifs sont hébergés et déplacés sur un réseau informatique qui relie directement les utilisateurs entre eux. Les transactions s’effectuent entre des adresses anonymes et sont enregistrées dans un « grand livre distribué », qui est un registre public. Aucun tiers de confiance ne s’occupe de gérer le système ni de recueillir des renseignements sur les utilisateurs.

On entend beaucoup le terme « cryptomonnaies », mais la Banque préfère parler de « cryptoactifs », parce que ces produits ne remplissent pas adéquatement les fonctions de base de la monnaie.

Les cryptoactifs ne fonctionnent pas comme la monnaie traditionnelle

Repensez aux fonctions de l'argent énumérées au début de l'article.

  • Les cryptoactifs ne sont pas largement acceptés comme moyen d’échange. Vous aurez du mal à trouver un supermarché qui accepte les bitcoins.
  • Les cryptoactifs ne sont pas, en général, une réserve de valeur fiable. Par exemple, le prix du bitcoin a bondi en 2017 : il valait un peu plus de 1 000 $ US au début de l'année et plus de 18 000 $ US en décembre. Il a ensuite perdu les trois quarts de sa valeur en 2018.
  • Les cryptoactifs ne constituent pas une bonne unité de compte. Puisque les cryptoactifs ne sont pas liés à une monnaie nationale, comme le dollar canadien ou américain, les marchands qui les acceptent doivent constamment ajuster leurs prix.

Les cryptomonnaies stables, des monnaies d’avenir?

Nous surveillons de près l’évolution des cryptoactifs, y compris les cryptomonnaies stables. Ces monnaies peuvent servir d’unité de compte parce qu’elles sont indexées sur une monnaie ou un actif sous-jacent.