Abonnement aux Joseph Atta-Mensah - Dernières parutions
Joseph Atta-Mensah - Dernières parutions



  • 16 mai 2000

    L'évolution récente des agrégats monétaires et son incidence

    La monnaie au sens étroit ou monnaie de transaction Les agrégats monétaires au sens étroit ont progressé à un rythme plus rapide en 1999 parallèlement à l'expansion de l'activité économique et à la stabilisation des taux d'intérêt. La croissance des agrégats au sens étroit s'est vivement accélérée ces derniers mois, ce qui laisse présager un essor vigoureux du PIB réel au cours des trimestres à venir. En outre, des signes d'une montée possible de l'inflation commencent à poindre. À long terme, la progression de la monnaie au sens étroit devra décélérer si l'on veut que le taux d'inflation demeure à l'intérieur de la fourchette de 1 à 3 % visée par la Banque. Le taux de croissance de M1 a également commencé à converger vers celui des autres agrégats monétaires au sens étroit, M1+ et M1++, en 1999; l'incidence des facteurs particuliers qui ont influencé le taux de croissance de M1 semble donc s'être atténuée. La monnaie au sens large, réserve de valeur Comme l'épargne des ménages représente une consommation différée, la monnaie au sens large nous renseigne sur l'évolution future de la dépense et, par conséquent, de l'inflation. En 1999, l'agrégat M2++, qui est une mesure très large de la monnaie, s'est accru à peu près au même rythme qu'en 1998. Son comportement s'accorde avec le maintien du taux d'inflation à l'intérieur de la fourchette cible de maîtrise de l'inflation au cours des quelque deux prochaines années.
  • 15 mai 1999

    L'évolution récente des agrégats monétaires et son incidence

    Dans le cadre des responsabilités qui lui incombent en matière de politique monétaire, la Banque du Canada suit de près le rythme d'expansion de la masse monétaire afin d'y déceler des indications permettant d'évaluer les perspectives en matière d'inflation et d'activité économique. Ces dernières années, un certain nombre de facteurs ont faussé le profil de croissance des agrégats traditionnels larges et étroits. Dans le présent article, les auteurs font voir que l'élimination des réserves obligatoires et les innovations financières ont entraîné un flottement dans le classement des comptes de dépôt. Ils annoncent l'ajout de deux nouvelles mesures des encaisses de transaction, les agrégats M1+ et M1++ (décrits de manière plus approfondie dans une note technique publiée dans la présente livraison de la Revue), qui sont corrigés d'une partie de l'effet de la substitution qui s'est opérée entre les instruments financiers. Ils attribuent le ralentissement de la croissance de M1 observé en 1998 à l'influence moindre de facteurs spéciaux, à une réaction retardée aux hausses de taux d'intérêt survenues en 1997 et au début de 1998 et à un resserrement passager des modalités de crédit opéré à l'automne 1998. L'agrégat au sens large M2++, qui comprend l'ensemble des dépôts d'épargne des particuliers, les rentes des sociétés d'assurance vie et les fonds communs de placement, a progressé à un rythme soutenu en 1998, ce qui laisse entrevoir une expansion de la dépense totale d'environ 4 à 5 % et le maintien de l'inflation dans les limites de la fourchette cible.