Aperçu

Comme il est annoncé dans le document intitulé Stratégie de gestion de la dette pour l'exercice 2007-2008, le montant des émissions d'obligations à rendement réel augmentera pour atteindre un peu plus de 2 milliards de dollars. En prévision de ce changement, le ministère des Finances et la Banque du Canada sollicitent l'avis des investisseurs institutionnels, des distributeurs de titres d'État et des autres parties intéressées sur le profil des adjudications de ces obligations.

Contexte

Le gouvernement du Canada veille activement à la liquidité et au bon fonctionnement du marché de ses titres, et s'efforce de maintenir des programmes d'emprunt transparents, réguliers et diversifiés. Un marché efficient concourt à la réalisation de l'objectif fondamental du gouvernement en matière de gestion de la dette, qui consiste à garder les coûts d'emprunt à un niveau bas et stable. Un tel marché est également avantageux pour les opérateurs, puisqu'il leur procure d'importants outils pour l'établissement des prix et la couverture du risque. Les changements au programme d'émission d'obligations à rendement réel annoncés par le gouvernement tiennent compte de ces différents objectifs.

Lors des consultations tenues récemment auprès du marché concernant la stratégie de gestion de la dette pour l'exercice 2007-2008, les investisseurs institutionnels ont indiqué que les titres à long terme du gouvernement du Canada font l'objet d'une demande croissante. Comme il est annoncé dans le document Stratégie de gestion de la dette 2007-2008, les émissions brutes d'obligations à rendement nominal et à rendement réel à 30 ans augmenteront d'environ 1 milliard de dollars; les émissions nettes (une fois prises en compte les opérations régulières de rachat) seront réparties à peu près également entre les titres à rendement nominal et à rendement réel.

Par le passé, le gouvernement a émis des obligations à rendement réel tous les trimestres, généralement vers le début du troisième mois du trimestre. La taille des adjudications, ces cinq dernières années, a varié entre 300 millions et 450 millions de dollars. En prévision de l'accroissement prévu des émissions d'obligations à rendement réel, le gouvernement revoit le calendrier des adjudications de ces titres afin de déterminer la façon la plus efficace de les distribuer. Il tient donc à connaître l'avis des opérateurs à ce sujet.

Questions à examiner
  1. Quels avantages et quels risques sont associés à des adjudications de montant plus élevé? Devrait-on envisager de procéder à des adjudications additionnelles au cours de l'année?
  2. Le montant des adjudications et l'augmentation des émissions d'obligations à rendement réel ont-ils une incidence sur la participation des investisseurs nationaux ou internationaux, ou sur la demande en général?
  3. Quels facteurs le gouvernement doit-il prendre en compte pour déterminer la taille des émissions de référence d'obligations à rendement réel ainsi que le temps nécessaire pour constituer une émission de référence? Y a-t-il un avantage particulier à commencer à constituer les nouvelles émissions de référence près d'une date de versement des intérêts?