La politique monétaire : son fonctionnement et son cadre d'application

L'élément central de la politique monétaire menée par la Banque est l'engagement pris par cette dernière de maintenir l'inflation à un niveau bas et relativement stable, et en particulier de garder le taux d'inflation aux alentours de 2 %, le point médian de la fourchette de 1 à 3 % qu'elle vise. La Banque ne pourrait influencer les attentes d'inflation des entreprises et des ménages sans un tel engagement. Lorsqu'un choc menace de faire passer l'inflation au-dessus ou au-dessous de la cible, les entreprises et les ménages canadiens comptent sur elle pour ramener l'inflation au point médian de 2 % de la fourchette cible. Cette confiance à l'égard des politiques de la Banque tient au fait que celle-ci a respecté dans le passé son engagement de garder l'inflation à un niveau bas et stable.

Quand la Banque du Canada établit clairement ses objectifs et qu'elle prend ses mesures de politique monétaire en conséquence, elle augmente sa crédibilité. Par ricochet, cette crédibilité contribue à retenir les attentes concernant l'inflation future aux alentours de la cible d'inflation, ce qu'on appelle parfois l'arrimage ou l'ancrage des attentes d'inflation. Pour comprendre combien il est important que les attentes d'inflation soient fermement ancrées, il suffit de remonter aux années 1970 et 1980, lorsqu'elles ne l'étaient pas. À cette époque, l'inflation était difficile à maîtriser parce que les chocs économiques influaient sur les attentes, qui à leur tour alimentaient des comportements se répercutant sur l'inflation observée. Une leçon capitale apprise au début des années 1990, au Canada et ailleurs dans le monde, est que l'arrimage des attentes d'inflation à une cible contribue de façon cruciale à garder l'inflation à un niveau bas et relativement stable.

Avec pour toile de fond ces observations, nous pouvons maintenant nous pencher sur un cadre d'analyse simple, qui illustre de quelle façon les mesures de politique monétaire prises par la banque centrale influencent de nombreuses variables macroéconomiques et, tôt ou tard, aident à maintenir l'inflation à un taux bas et relativement stable.

4.1 Le mécanisme de transmission de la politique monétaire

Le mécanisme de transmission est une chaîne complexe de causes et d'effets qui vont des mesures prises par la Banque du Canada aux variations observées dans les prix des actifs, la demande globale, l'écart de production et, finalement, l'inflation. Les économistes ne s'entendent pas tous sur la nature de ce mécanisme de transmission. Engert et Selody (1998) soulignent l'importante différence d'opinions quant au rôle, passif ou actif, de la monnaie dans la transmission de la politique monétaire et affirment que la prise en compte des deux points de vue permet de diminuer les risques d'erreur stratégique 1. Même ceux qui s'entendent sur le caractère général du mécanisme reconnaissent que beaucoup d'incertitude entoure le choix du moment à privilégier et l'importance quantitative de liens particuliers. Une série d'allocutions et de documents de recherche publiés par la Banque du Canada (1996) décrit la conception généralement admise du mécanisme de transmission de la politique monétaire 2. Le Graphique 6 est une représentation simplifiée de ce mécanisme. La ligne pointillée qu'on y aperçoit démontre comment l'engagement de la Banque, et par conséquent la crédibilité qu'elle a acquise, contribue à ancrer les attentes des entreprises et des ménages au sujet de l'inflation future.

Afin de faciliter la compréhension du mécanisme de transmission, nous suivrons la trajectoire des effets d'une décision de politique monétaire hypothétique. Par exemple, prenons une conjoncture semblable à celle de l'automne 2004, quand la Banque du Canada avait de bonnes raisons de croire que la reprise qui se consolidait tant au Canada qu'à l'échelle mondiale exercerait des pressions à la hausse sur l'inflation canadienne au cours des mois à venir. Face à cette perspective, la Banque est intervenue en relevant sa cible pour le taux du financement à un jour. Comment une telle mesure de politique monétaire contribue-t-elle à contenir les pressions inflationnistes?

Après l'annonce d'un relèvement par la Banque, le taux du financement à un jour en vigueur s'ajuste presque instantanément. La hausse de ce taux provoque alors deux réactions. On assiste tout d'abord à une augmentation des taux d'intérêt à plus long terme au Canada, qui survient parce qu'un éventail complet d'actifs financiers, allant des prêts à un jour aux obligations à 30 ans, et leur taux ont tendance à évoluer ensemble. Puis, à mesure que le loyer de l'argent au Canada monte, les capitaux étrangers en quête de rendements supérieurs affluent au pays, entraînant par ricochet une appréciation du dollar canadien. La table est alors mise pour un changement quantitatif, particulièrement au niveau des investissements et des exportations nettes.

L'augmentation des taux d'intérêt à plus long terme fait grimper le coût des emprunts et a donc tendance à réduire les dépenses sensibles aux taux d'intérêt. Plus particulièrement, elle freinera le rythme d'expansion de la demande de crédit des entreprises à des fins d'investissement et celle des ménages pour l'achat de logements ou d'autres articles coûteux, comme les voitures, les meubles et appareils électroménagers. L'appréciation du dollar canadien pousse les prix des produits canadiens à la hausse par rapport aux produits étrangers et entraîne par conséquent des ajustements dans les dépenses. Plus précisément, on observera un repli de la demande de produits canadiens à l'étranger et une intensification de la demande de biens étrangers au Canada. La croissance des exportations canadiennes ralentira, et celle des importations venant de l'étranger s'accentuera — donnant lieu à un tassement de la progression des exportations nettes du Canada. Sous l'effet du ralentissement conjugué de la croissance de la consommation des ménages, de la demande d'investissement des entreprises et des exportations nettes, le taux d'expansion de la demande globale de biens et services canadiens fléchira 3.

Sur de courtes périodes, jusqu'à quelques années peut-être, la production de notre économie dépend du niveau de la demande pour l'ensemble des biens et services produits au Canada; autrement dit, la demande globale détermine la production. Étant donné que la demande globale progresse maintenant à un rythme plus lent que pendant la période précédant la mesure prise par la Banque, le taux de croissance de la production effective ne tardera pas à ralentir. En présence d'un taux de croissance sous-jacent donné de la production potentielle, ce ralentissement du taux de croissance de la production effective implique le creusement (ou élargissement) d'un écart de production « négatif », la production effective étant inférieure à la production potentielle.

Le dernier maillon du mécanisme de transmission lie l'écart de production et le taux d'inflation. L'écart de production est une mesure commode de la demande ou de l'offre excédentaire dans l'ensemble de l'économie. La production effective étant inférieure à la production potentielle, les entreprises produisent en deçà des limites de leur capacité. Cette situation d'offre excédentaire peut durer un certain temps, mais la sous-utilisation de l'appareil de production finira par entraîner une baisse du taux de progression des salaires et des prix des autres intrants. À cause de cette décélération au chapitre de leurs coûts, les entreprises sont moins enclines à majorer leurs prix, de sorte que les tensions inflationnistes s'atténuent.

4.2 Le temps et l'incertitude

Nous venons de voir comment la décision prise par la Banque du Canada de relever le taux cible du financement à un jour met en branle une séquence complexe de causes et d'effets qui aide à faire en sorte que l'inflation n'excède pas le taux visé 4. Mais combien de temps s'écoule entre la prise de la mesure de politique monétaire par la Banque et la transmission des autres effets, particulièrement le tout dernier, sur le taux d'inflation?

Les économistes perçoivent habituellement le mécanisme de transmission comme une série de délais « longs et variables », ce qui implique que les banques centrales doivent non seulement s'armer de patience en attendant les résultats des mesures de politique monétaire qu'elles ont adoptées, mais également se préparer à accepter quelques imprévus entre-temps. Les rouages de l'économie sont assez complexes, et notre compréhension de celle-ci suffisamment incomplète, pour que les divers décalages s'avèrent finalement plus longs ou plus courts que nos prévisions initiales.

Les modifications apportées par la Banque du Canada au taux du financement à un jour dans le cadre de la conduite de la politique monétaire ont presque toujours des effets immédiats sur le taux de change et les taux d'intérêt. Toutefois, selon les estimations actuelles, il faut compter de 12 à 18 mois pour que la plus grande partie des retombées d'une mesure de politique monétaire sur la production globale soit observée et de 18 à 24 mois pour que le gros de l'effet se fasse sentir sur l'inflation (Duguay, 1996). Qui plus est, ces estimations peuvent varier de façon substantielle.

Les délais inhérents au mécanisme de transmission compliquent la conduite de la politique monétaire. C'est pourquoi les décisions de politique monétaire des banques centrales doivent être prospectives. Pour illustrer ce point, prenons deux exemples. Si, le 1er janvier de l'année, la Banque du Canada observe dans l'économie mondiale un événement qui risque d'affaiblir la demande globale à compter de juin de la même année, il n'y a rien qu'elle puisse faire en janvier pour neutraliser entièrement les effets du choc prévu. Même si la Banque réagissait immédiatement en abaissant son taux directeur dès le début de janvier, elle ne disposerait tout simplement pas d'assez de temps pour stimuler la demande globale et neutraliser les effets du choc avant juin.

Cet exemple illustre les raisons pour lesquelles la Banque du Canada accorde une attention plus grande aux chocs de longue durée qu'à ceux qui seront, croit-on, de courte durée : les effets d'une mesure de politique monétaire mettent tellement de temps à se transmettre dans l'économie qu'il serait illogique de réagir à des chocs qui se seront dissipés avant que la politique donne des résultats. De plus, la Banque pourrait mettre quelques mois à déterminer la pleine nature d'un choc, et sa durée probable. Par conséquent, une banque centrale tournée vers l'avenir doit faire de son mieux pour anticiper l'évolution éventuelle de l'économie.

Compte tenu de l'expérience canadienne récente, le second exemple nous est plus familier. Supposons que le taux d'inflation observé est faible, mais que l'évolution économique attendue dans un proche avenir engendrera une hausse peu souhaitable de l'inflation future. Dans pareil cas, une banque centrale consciente de l'importance des délais de transmission relèvera son taux directeur dès maintenant, même si les données actuelles ne laissent entrevoir aucun problème d'inflation. C'est à cause de cette attitude prospective qu'on accuse souvent les banques centrales vigilantes de se battre contre des moulins à vent. Le problème, c'est que si les banques centrales attendaient pour agir que les données indiquent la présence d'inflation, il serait trop tard pour que leurs mesures produisent l'effet souhaité. Être prospectif signifie prévoir où les problèmes feront surface et agir de manière préventive. Une banque centrale qui réussit à anticiper les pressions inflationnistes futures, et donc à prendre les mesures appropriées pour empêcher ces pressions de s'exercer pleinement, peut aisément être accusée de voir des dangers qui ne sont pas réels. La réalité, toutefois, c'est que les dangers ont peut-être justement été évités grâce à la vigilance de la banque centrale.

Bien que de nombreux dirigeants de banque centrale réussissent assez bien à prédire les événements, aucun ne possède de boule de cristal. L'avenir n'est clairement visible que lorsqu'on y est parvenu. Et c'est encore plus vrai en matière économique. En raison de l'information incomplète dont ils disposent, et qui est souvent révisée plusieurs mois après le fait, les économistes ne parviennent souvent à savoir précisément ce qui se passe dans le trimestre en cours que deux trimestres plus tard, parfois plus. Cette allusion à l'imperfection des données disponibles nous amène à aborder la question des besoins en matière d'information pour la conduite de la politique monétaire. En un mot, pour atteindre ses objectifs de politique monétaire, la Banque doit pouvoir compter sur beaucoup d'information de qualité.

4.3 La politique monétaire fait face à deux types d'incertitude

Afin de comprendre les besoins en matière d'information pour la conduite de la politique monétaire, il est utile de revenir au mécanisme de transmission. Le Graphique 7 est une nouvelle représentation de ce mécanisme, à laquelle nous avons ajouté deux types d'incertitude. Le premier type comprend l'incertitude liée aux particularités du mécanisme de transmission lui-même, à savoir le manque de clarté entourant la nature précise des liens entre les principales variables macroéconomiques. Ce premier type est illustré par les cercles roses numérotés. Le second concerne l'incertitude associée à l'évolution économique observée et future dans les économies canadienne et mondiale, et correspond aux étoiles jaunes.

On trouve six exemples d'incertitude du premier type dans le Graphique 7, chacun renvoyant à un aspect différent du mécanisme de transmission. Voici les questions qui se posent dans chacun des cas :

1. Structure par échéance des taux. Comment les modifications apportées au taux cible du financement à un jour entraînent-elles des variations des taux d'intérêt à plus long terme? Les mouvements vont-ils toujours dans la même direction? Quelle est l'ampleur des variations observées pour les taux d'intérêt à plus long terme?

2. Marché des changes. Comment les modifications qu'apporte la Banque au taux cible du financement à un jour causent-elles des fluctuations du taux de change? En règle générale, quelle est l'ampleur de la fluctuation du taux de change découlant d'une modification du taux directeur par la Banque du Canada?

3. Dépenses sensibles aux taux d'intérêt. Dans quelle mesure la consommation globale et l'investissement réagissent-ils aux mouvements des taux d'intérêt à long terme et combien de temps s'écoule-t-il avant leur réaction? Est-ce que les diverses composantes de la consommation et de l'investissement réagissent de façon différente aux mouvements des taux d'intérêt?

4. Sensibilité des exportations nettes. Dans quelle mesure les exportations réagissent-elles à une fluctuation du taux de change et combien de temps s'écoule-t-il avant leur réaction? Et qu'en est-il des importations?

5. Le multiplicateur. Quelle est l'importance du « multiplicateur » qui relie les variations initiales de la demande globale à la production globale? Combien de temps s'écoule-t-il avant que les effets se fassent pleinement sentir sur la production globale 5?

6. Demande ou offre excédentaire. Combien de temps s'écoule-t-il avant que la demande ou l'offre excédentaire liée à un écart de production donné entraîne des variations du taux de progression des salaires et des prix des autres intrants? Combien de temps faut-il compter avant que ces variations se reflètent dans le taux d'inflation?

Huit exemples du deuxième type d'incertitude sont montrés au Graphique 7, chaque étoile jaune renvoyant à un type différent de choc susceptible de secouer l'économie. Voici une brève description de chacun :

A. Ajustement des portefeuilles. Pour plusieurs raisons, les créanciers peuvent décider d'ajuster leurs avoirs de titres à court et à long terme canadiens, ce qui entraîne des modifications des taux d'intérêt pratiqués au pays.

B. Marché des changes. Les taux de change fluctuent quotidiennement et pour de multiples raisons, dont les variations de l'expansion économique à l'échelle de la planète, des prix mondiaux des produits de base et des portefeuilles de placement internationaux.

C. Consommation et investissement. Les ménages modifient leurs dépenses et les entreprises révisent leurs projets d'investissement, souvent à l'improviste. Les perceptions relatives aux perspectives économiques sont importantes.

D. Dépenses publiques. Les gouvernements canadiens (fédéral, provincial, territorial et les administrations municipales) révisent leurs dépenses chaque année, parfois de manière inattendue.

E. Exportations nettes. Les modifications dans les revenus à l'étranger entraînent des variations de la demande d'exportations canadiennes. L'augmentation de la production de certains biens dans des pays donnés se traduit souvent par des changements dans la demande mondiale soit en faveur, soit au détriment des produits canadiens.

F. Production potentielle. La capacité de production de l'économie ne peut être observée directement et, par conséquent, elle doit être estimée. Sa croissance dépend de la progression de la main-d'oeuvre, de l'accumulation de capacités de production et de capital humain et de l'accroissement de la productivité. Les variations de la production potentielle ne peuvent souvent être détectées que bien après le fait.

G. Attentes d'inflation. Des variations importantes et soudaines dans les prix de biens donnés entraînent fréquemment des changements dans les attentes d'inflation. Toutefois, lorsque de tels chocs surviennent, l'engagement et la crédibilité de la banque centrale aident à ancrer les attentes.

H. Chocs sur l'inflation. Le taux d'inflation se ressent régulièrement des changements apportés aux impôts indirects, des brusques variations du prix de biens donnés et des fluctuations du taux de change qui modifient les prix en dollars canadiens des produits importés. Toute variation de l'inflation mesurée ne découle pas nécessairement d'une situation d'offre ou de demande excédentaire dans l'économie canadienne 6.

Ensemble, ces incertitudes liées aux relations économiques et à l'évolution de l'économie jouent un rôle déterminant dans la conduite de la politique monétaire, en particulier en raison des décalages longs et de durée variable dont nous avons parlé plus tôt. Pour fixer son taux directeur maintenant de manière à garder l'inflation à l'intérieur de la fourchette cible pour l'avenir, la Banque doit anticiper les changements susceptibles de survenir dans l'économie au cours des deux prochaines années. Elle doit également prévoir de quelle façon les effets des mesures qu'elle prend se transmettront dans l'économie. Étant donné qu'aucune banque centrale n'a la capacité de prédire l'avenir ni une parfaite connaissance des divers liens présents dans l'économie, sa tâche est difficile. Mais la connaissance du mécanisme de transmission, illustré de façon simplifiée au Graphique 7, permet à la Banque de savoir systématiquement quelles questions se poser, et d'interpréter certaines des réponses analytiquement.

À la lumière de ces explications, on comprend pourquoi il est plus approprié de voir la politique monétaire sous l'angle des difficultés que soulève sa conduite dans un climat d'incertitude. La Banque doit donc avoir une vision prospective et demeurer à l'affût des multiples chocs possibles susceptibles de survenir dans un proche avenir. Elle doit aussi être consciente du fait que les conditions économiques reflétées dans les données actuelles peuvent ne pas durer longtemps ou même ne jamais avoir existé, selon ce que révèlent les données révisées par la suite 7. Par conséquent, la Banque est obligée de se livrer à un jeu d'équilibre précaire, prenant parfois des mesures en prévision de ce qui est susceptible de se produire, alors qu'à d'autres moments elle attend de voir quelles nouvelles données seront confirmées. Comme on peut s'y attendre, un bon jugement étayé par une expérience considérable sont au cœur d'une bonne politique monétaire.

4.4 De l'information de qualité, en grande quantité

Outre le jugement et l'expérience, voyons ce que la Banque du Canada, et toute autre banque centrale, doit posséder pour mener la meilleure politique monétaire possible devant l'incertitude.

Le rôle de la recherche

Afin de remédier à l'incertitude entourant les divers liens entre les variables macroéconomiques (les cercles roses au Graphique 7), la Banque doit effectuer beaucoup de recherches économiques, aussi bien théorique qu'empirique, et soumettre les résultats de ses travaux à des tests continus. À cause de la complexité des économies modernes, cette tâche est incessante, et on n'obtiendra jamais toutes les réponses. Par exemple, même si la collectivité des chercheurs avait la capacité d'établir avec précision la relation entre les mouvements des taux d'intérêt à plus long terme et les projets d'investissement des entreprises, rien ne permet de croire que cette relation resterait stable au fil du temps, ou que les facteurs qui se sont avérés très importants dans le passé le seraient tout autant à l'avenir. Les relations économiques dépendent largement du comportement humain, qui repose lui-même sur les facteurs temps, lieu et forces à l'oeuvre.

Bref, compte tenu de l'évolution constante des relations économiques autour desquelles s'articule la conduite de la politique monétaire, il est difficile de les cerner. Ce simple fait oblige la Banque à mener continuellement des recherches sur la nature du mécanisme de transmission. Agir autrement irait à l'encontre de son mandat.

L'importance de l'analyse conjoncturelle

Pour parer à l'incertitude concernant les économies canadienne et mondiale (les étoiles jaunes du Graphique 7), il faut disposer d'un autre type d'information. La Banque doit réunir et analyser une grande quantité de données sur la conjoncture, ce qu'on appelle souvent l'analyse conjoncturelle, afin d'être en mesure d'évaluer ce qui se passe dans l'économie et ce qui est susceptible de se produire dans un proche avenir. Le nombre assez restreint d'étoiles jaunes au Graphique 7 pourrait laisser croire que l'énergie requise à cet égard est relativement faible, mais il n'en est rien. En fait, le grand nombre de variables qui alimentent chaque étoile — et les difficultés associées à la compréhension de chacune des variables —, signifie que, pour toute banque centrale, l'analyse conjoncturelle est une tâche colossale. Par conséquent, un très grand nombre de personnes à la Banque du Canada sont affectées à la collecte et à l'analyse des données de centaines de variables, allant de l'emploi et des exportations aux prix des produits de base et aux mises en chantier, des dépenses publiques et des régimes de taux de change à la production intérieure d'acier et aux pertes de récolte à l'étranger. C'est seulement lorsque la Banque a examiné et compris les différents chocs qu'a subis l'économie qu'elle peut espérer incorporer cette information avec succès dans son processus global de prise de décisions.

Par exemple, la Banque a entrepris ces dernières années un important programme de collecte et d'analyse de données dans l'espoir de mieux saisir les tendances émergentes dans l'économie. Dans le cadre de cette initiative, désignée sous le nom d'Enquête sur les perspectives des entreprises, les bureaux régionaux mènent chaque trimestre des consultations auprès d'une centaine d'entreprises dont la composition reflète celle de l'économie canadienne. Ils les interrogent sur un certain nombre de sujets, y compris la demande future probable pour leurs produits, les pressions qui s'exercent dans leur secteur particulier, toute nouvelle pénurie de main-d'oeuvre ainsi que sur leurs projets d'embauche et d'expansion. L'analyse approfondie de ces données permet à la Banque de mieux comprendre comment les entreprises canadiennes réagissent aux différents chocs qui touchent l'économie canadienne.

Les projections économiques

La recherche économique et l'analyse conjoncturelle ne sont pas des activités indépendantes. Pour réaliser des études empiriques fouillées, il est essentiel de connaître les données, et cette connaissance est habituellement tirée de l'expérience acquise en analyse conjoncturelle. À l'inverse, la capacité d'interpréter les données conjoncturelles — ce qui se passe et pourquoi — exige une grande compréhension des liens existant dans l'économie, elle-même acquise par l'intermédiaire de la recherche. Cette interaction continue entre la recherche et l'analyse conjoncturelle explique pourquoi de nombreux économistes à la Banque du Canada occupent des postes dans lesquels ils partagent leur temps entre des activités d'analyse conjoncturelle et des travaux de recherche.

Les projections, ou prévisions, établies par la Banque constituent le meilleur exemple de la façon dont celle-ci combine les renseignements tirés de la recherche économique aux connaissances réunies dans l'analyse conjoncturelle. La Banque effectue régulièrement de telles projections en s'appuyant sur son vaste et complexe modèle statistique de l'économie canadienne, le Modèle trimestriel de prévision (MTP). Ce modèle, qui rassemble la somme des connaissances sur les relations économiques acquises au fil de nombreuses années de recherche, est une représentation mathématique de l'interaction entre les divers agents économiques canadiens, à savoir les ménages, les entreprises et les administrations publiques. Il permet de voir comment ces relations doivent évoluer au fil du temps pour concorder avec les hypothèses sous-jacentes du comportement des agents. Le MTP incorpore ensuite des données passées et actuelles sur les économies canadienne et mondiale et projette la trajectoire que les variables macroéconomiques canadiennes, notamment la production, l'emploi, les salaires et les prix, sont le plus susceptibles de suivre.

Le monde évolue rarement comme le projetait le modèle, pour deux raisons. Premièrement, le modèle lui-même, aussi sophistiqué soit-il, n'en demeure pas moins une représentation très simplifiée de l'économie réelle. Il lui manque la complexité remarquable et changeante que possède dans les faits toute économie moderne. Deuxièmement, les données qui sont incorporées dans un modèle, si bonnes soient-elles, sont également imparfaites, et les meilleures prédictions de la Banque concernant l'évolution des économies canadienne et mondiale peuvent très bien se révéler erronées à certains égards. Par contre, les projections économiques procurent à la Banque du Canada un point de départ qui est cohérent sur le plan logique et clairement défini relativement à l'évolution à venir de l'économie canadienne, de même qu'une base pour l'analyse de l'incidence future probable de ses mesures de politique.

Ces trois activités de création d'information, à savoir la recherche, l'analyse conjoncturelle et l'établissement de projections économiques, sont imparfaites et donc continues. La recherche ne sera jamais entièrement « correcte » et, par conséquent, jamais complète. Par définition, l'analyse conjoncturelle est un processus ininterrompu, exigeant des efforts constants axés sur l'amélioration des définitions et de l'exactitude des données. Qui plus est, l'art de l'élaboration des modèles, et de la production de projections macroéconomiques sensibles et cohérentes en est, aussi incroyable que cela puisse paraître, encore à ses balbutiements. Toutefois, en dépit de leurs défauts, il n'est pas question d'abandonner ces activités. Une conduite prudente de la politique monétaire serait impossible sans la création et la production de pareille information. Par conséquent, on ne s'étonnera pas que les banques centrales de par le monde consacrent des ressources considérables à ces trois activités clés.

  1. 1. Laidler et Robson (2004), particulièrement au chapitre 3, expliquent les deux points de vue sur le mécanisme de transmission de la politique monétaire de façon nuancée et accessible.[]
  2. 2. Voir, en particulier, Thiessen (1996) pour une description du mécanisme de transmission, et Duguay (1996), pour des estimations empiriques.[]
  3. 3. Les dépenses publiques en biens et services constituent la dernière composante de la demande globale. Dans la présente analyse, nous nous concentrons sur les effets des mesures de politique monétaire et nous postulons que les dépenses publiques (politique budgétaire) demeurent inchangées.[]
  4. 4. La même logique, mais dans le sens contraire, s'applique à la situation où la Banque abaisse le taux cible du financement à un jour pour empêcher l'inflation de tomber sous le niveau visé.[]
  5. 5. Le « multiplicateur » est le facteur décrivant l'ampleur de l'effet « boule de neige » des variations de la demande globale à court terme. L'expansion initiale de la demande entraîne une hausse de la production et des revenus qui, par ricochet, gonfle davantage la demande, provoquant une autre augmentation de la production, et ainsi de suite.[]
  6. 6. C'est l'une des raisons pour lesquelles la Banque du Canada surveille l'évolution de l'inflation « tendancielle ». En excluant les huit composantes particulièrement volatiles de l'IPC, et en procédant à des ajustements pour tenir compte de l'incidence des modifications apportées aux impôts indirects, on obtient une mesure de l'inflation qui donne une meilleure indication des pressions exercées par l'offre ou la demande excédentaire dans l'économie. Voir Macklem (2001).[]
  7. 7. Ce troisième type d'incertitude, lié à l'exactitude des données, est examiné par Bean (2005).[]