Les dirigeants des pays du G20 sont tombés d'accord sur un large éventail de réformes financières, destinées à atténuer le risque d'éclatement de crises futures et à renforcer les systèmes bancaires. Un élément clé de ces réformes est le relèvement du volume et de la qualité des fonds propres et des liquidités que les établissements financiers doivent détenir. Le G20 est à élaborer des propositions finales qui seront soumises à l'approbation des dirigeants à leur prochain sommet de novembre, à Séoul, en Corée du Sud.

Pour déterminer le niveau de renforcement approprié, le Conseil de stabilité financière et le Comité de Bâle sur le contrôle bancaire ont effectué deux études, dont l'objet était d'évaluer les conséquences macroéconomiques des nouvelles normes proposées, c'est-à-dire leurs avantages et leurs coûts 1) à long terme, après leur mise en oeuvre complète, et 2) pendant la période de transition initiale au cours de laquelle elles seront introduites.

Les économistes de la Banque du Canada ont pris part aux deux enquêtes internationales. La Banque a également procédé à sa propre évaluation des effets de l'application des nouvelles normes sur le système financier et l'économie du Canada.

Ce rapport résume les principaux résultats de la Banque pour le contexte canadien et établit des comparaisons avec les conclusions publiées récemment par le Conseil de stabilité financière et le Comité de Bâle.

Annexes (documents en anglais seulement)

Annexe 1 :
Annexe 2 : Documentation relative à l'analyse menée à l'aide du modèle TOTEM
Annexe 3 : Documentation relative à l'analyse menée à l'aide d'un modèle d'équilibre général dynamique et stochastique (EGDS)
Annexe 4 : Documentation relative à l'analyse menée à l'aide du modèle BOC-GEM-FIN
Annexe 5 : Documentation relative à l'analyse menée à l'aide de modèles vectoriels autorégressifs (VAR)