Politique monétaire

Cette section présente l’objectif de la politique monétaire du Canada et les principaux outils permettant de la mettre en œuvre, à savoir la cible de maîtrise de l’inflation et le taux de change flottant. De plus, elle décrit le fonctionnement de la politique monétaire, explique le processus décisionnel et propose des documents explicatifs connexes.

Objectif

La politique monétaire vise à préserver la valeur de la monnaie en maintenant l’inflation à un niveau bas, stable et prévisible. Elle permet ainsi aux Canadiens de prendre des décisions en matière de dépenses et d’investissements avec une plus grande confiance, favorise l’investissement à long terme dans l’économie du pays et contribue à une création d’emplois soutenue et à l’accroissement de la productivité : des ingrédients nécessaires pour améliorer notre niveau de vie.

Le cadre de conduite de la politique monétaire canadienne s’appuie sur deux composantes principales qui fonctionnent de concert et se renforcent mutuellement : la cible de maîtrise de l’inflation et le taux de change flottant. Ce cadre facilite la compréhension des mesures de politique monétaire et permet à la Banque de rendre compte de son action aux Canadiens.

Cible de maîtrise de l’inflation

La cible de maîtrise de l’inflation, qui est fixée à 2 %, soit le point médian d’une fourchette qui va de 1 à 3 %, constitue l’élément central du cadre de conduite de la politique monétaire du Canada. Adoptée en 1991, elle est établie conjointement par la Banque du Canada et le gouvernement fédéral, qui la réexaminent tous les cinq ans. La conduite quotidienne de la politique monétaire revient toutefois au Conseil de direction de la Banque. La cible de maîtrise de l’inflation oriente les décisions de la Banque sur l’établissement du taux directeur, qui vise à préserver la stabilité des prix à moyen terme. La Banque procède à l’annonce du taux directeur à des dates fixes, qui sont au nombre de huit par an.

Taux cible du financement à un jour

Le taux cible du financement à un jour (ou taux directeur) est le taux d’intérêt auquel les institutions financières sont censées, selon la Banque, se prêter des fonds sur les marchés financiers pour une durée d’un jour. Les banques et autres institutions financières s’appuient sur ce taux directeur pour établir le taux d’intérêt applicable sur les prêts personnels, les prêts hypothécaires et les autres formes de prêts qu’elles proposent.

Effets sur les taux d’intérêt à court terme

Pour atteindre la cible d’inflation, la Banque ajuste (relève ou abaisse) son taux directeur. Si l’inflation dépasse le taux cible, la Banque pourrait hausser le taux directeur. Ce faisant, elle incite les institutions financières à majorer le taux d’intérêt applicable sur les prêts personnels et hypothécaires qu’elles proposent, et décourage les emprunts et les dépenses, ce qui relâche les tensions inflationnistes. Si l’inflation est inférieure à la cible, la Banque pourrait diminuer le taux directeur pour encourager les institutions financières à réduire le taux d’intérêt applicable sur les prêts personnels et hypothécaires qu’elles proposent et pour stimuler l’activité économique. Autrement dit, la Banque se préoccupe autant d’un taux d’inflation qui dépasse la cible que d’un taux qui lui est inférieur. Cette approche permet de se protéger tant d’une inflation élevée que d’une déflation persistante.

Effets à retardement des interventions en matière de politique monétaire

Il faut prévoir un certain temps - entre six et huit trimestres, habituellement - pour que les interventions en matière de politique monétaire se répercutent sur l’économie et fassent sentir pleinement leur effet sur l’inflation. C’est pourquoi la politique monétaire a toujours une orientation prospective. Ainsi, la Banque fixe le taux directeur en se fondant sur le taux d’inflation qu’elle juge probable à l’avenir et non sur celui qu’elle observe au moment de la prise de décision.

Taux de change flottant du Canada

Le taux de change flottant du Canada permet à la Banque de mener une politique monétaire indépendante, qui est bien adaptée à la conjoncture économique au pays et axée sur l’atteinte de la cible d’inflation. Les variations du taux de change remplissent également un rôle d’« amortisseur », car elles aident l’économie à absorber les chocs externes et internes et à s’y ajuster.

Document d’information : Le taux de change

Document d’information expliquant le rôle du taux de change dans l’économie canadienne

Le flottement du huard

16 septembre 2014
Discours -
Société de développement économique de Drummondville -

Le gouverneur Stephen S. Poloz traite du rôle d’un taux de change flottant au sein de l’économie canadienne et dans le cadre de conduite de la politique monétaire de la Banque.

Processus décisionnel

Cette section présente le calendrier de prise de décision, les décideurs et les principales étapes de décision en matière de politique monétaire. On y retrouve également des articles fouillés sur le sujet.

Documents explicatifs sur la politique monétaire

Renouvellement de la cible de maîtrise de l’inflation (octobre 2016)

Commentaire et données techniques sur le renouvellement de la cible en 2016.

Cadre de conduite de la politique monétaire en contexte de bas taux d'intérêt

Le présent document expose une série de mesures de politique monétaire exceptionnelles que la Banque pourrait prendre en contexte de très bas taux d’intérêt.

Rapport sur la politique monétaire

Rapport trimestriel du Conseil de direction de la Banque du Canada, dans lequel celle-ci fait état de son scénario de référence relatif à l’inflation et à la croissance de l’économie canadienne, ainsi que de son évaluation des risques connexes.