La Banque du Canada a annoncé aujourd'hui qu'elle maintient le taux cible du financement à un jour à 2 3/4 %. La fourchette opérationnelle pour ce taux est inchangée, et le taux officiel d'escompte demeure à 3 %.

Les événements récents ayant une incidence sur les perspectives d'évolution de l'activité économique et de l'inflation au Canada traduisent un certain nombre de courants contraires. Les taux d'accroissement de l'indice de référence et de l'IPC global sont tous deux tombés sous la cible de maîtrise de l'inflation de 2 % et sont appelés à fléchir de nouveau à court terme. Le rythme de l'expansion économique au troisième trimestre a été inférieur aux prévisions, principalement en raison d'une importante correction des stocks. Parallèlement, la demande intérieure finale est demeurée forte, nourrie par la vigueur de la consommation des ménages et la solide reprise des investissements des entreprises. L'économie américaine a affiché un dynamisme exceptionnel et la progression de l'activité dans les pays d'outre-mer a été supérieure aux prévisions, bien que ces bons résultats ne se reflètent pas encore dans le volume de nos exportations.

Par suite du faible taux d'expansion économique enregistré au Canada au troisième trimestre de 2003 et des révisions à la baisse apportées aux chiffres de la croissance pour les deux trimestres précédents, l'écart de production est plus important actuellement que la Banque ne l'estimait dans la livraison d'octobre du Rapport sur la politique monétaire. Par conséquent, pour que cet écart se résorbe d'ici le début de 2005 et que l'inflation retourne à la cible de 2 % avant le milieu de la même année, il faudra que le rythme de l'activité s'accélère davantage que prévu antérieurement au quatrième trimestre de 2003 et en 2004.

À l'heure actuelle, la Banque s'attend à ce que la croissance de l'économie canadienne rebondisse au dernier trimestre de cette année, se relevant des effets de la panne d'électricité qui a touché l'Ontario en août et de ceux de la correction des stocks; la Banque s'attend aussi à ce que les exportations augmentent sous l'effet de la vive expansion de l'activité aux États-Unis. Cependant, on ne sait pas précisément dans quelle mesure l'appréciation du dollar canadien tempérera les retombées du raffermissement de la demande mondiale de biens et services canadiens ni si la détente monétaire en place dans l'économie saura alimenter un accroissement suffisant des investissements des entreprises et de la dépense des ménages pour que l'écart de production se referme d'ici le début de 2005.

À la lumière de l'information dont elle dispose, la Banque a décidé de laisser ses taux d'intérêt directeurs inchangés pour le moment. Elle sera à l'affût de signes indiquant que la demande globale et la production progressent à un rythme nettement supérieur à celui du potentiel de croissance de l'économie.

Note d'information :

La prochaine date d'établissement du taux cible du financement à un jour par la Banque du Canada est le 20 janvier 2004.
La Mise à jour du Rapport sur la politique monétaire paraîtra le 22 janvier 2004.