Définitions

Inflation

Mouvement persistant à la hausse, au fil du temps, du prix moyen des biens et des services, c'est-à-dire du « coût de la vie ».

Indice des prix à la consommation (IPC global)

Mesure de l’évolution dans le temps du niveau des prix à la consommation. Elle est obtenue en comparant le prix de détail d’un « panier à provisions » typique de biens et de services à deux dates différentes.

Indice de référence (IPCX)

Indice établi en excluant huit des composantes les plus volatiles de l’IPC global (soit les fruits, les légumes, l’essence, le mazout, le gaz naturel, les intérêts sur les prêts hypothécaires, le transport interurbain et le tabac) ainsi que l’effet des modifications des impôts indirects sur les autres composantes. Il est un indicateur parmi d’autres que la Banque suit de près pour évaluer la tendance sous-jacente de l’inflation, c’est-à-dire l’inflation « fondamentale ».

L’inflation fondamentale – guide dans la conduite de la politique monétaire

À court terme, les prix de certaines composantes particulièrement volatiles de l’IPC, de même que les modifications des impôts indirects, occasionnent des fluctuations non négligeables de l’IPC global. Pour formuler la politique monétaire, la Banque cherche à faire abstraction des fluctuations transitoires de cet indice en se fondant sur des mesures de l’inflation, notamment IPCX, jugées plus représentatives de la tendance sous-jacente de l’inflation. En ce sens, l’inflation fondamentale sert de guide dans la conduite de la politique monétaire et elle est suivie de près par la Banque afin de faciliter l’atteinte de la cible fixée pour l’IPC global – non parce qu’on substitue à celle-ci une autre cible basée sur l’inflation sous-jacente.

Cible de maîtrise de l’inflation

Depuis que la Banque et le gouvernement du Canada ont adopté un régime de ciblage de l’inflation, en 1991, la cible de maîtrise de l’inflation a été reconduite cinq fois, dont tout récemment en novembre 2011 pour une période de cinq ans se terminant à la fin de 2016. Le régime de ciblage de l’inflation a pour objectif de maintenir à moyen terme le taux d’accroissement de l’IPC global à 2 %, soit au point médian d’une fourchette allant de 1 à 3 %. La Banque fait varier son taux directeur à la hausse ou à la baisse, selon le cas, afin d’atteindre la cible habituellement à un horizon de six à huit trimestres, soit le temps qu’il faut ordinairement pour que les interventions en matière de politique monétaire se répercutent sur l’économie et fassent sentir pleinement leur effet sur l’inflation.

Notes

L’utilisation d’indicateurs de la tendance sous-jacente de l’inflation

La cible de maîtrise d’inflation est définie en fonction du taux d’augmentation sur douze mois de l’IPC global. Celui-ci fournit l’estimation la plus pertinente de l’évolution du coût de la vie pour la majorité des Canadiens.

Bien que la cible soit exprimée en fonction de l’IPC global, la Banque, aux fins de la conduite de la politique monétaire, suit aussi de près d’autres indicateurs pour mesurer l’inflation fondamentale (IPCX, entre autres).

Les prix de certains biens et services inclus dans le panier de l’IPC global sont particulièrement volatils, notamment s’ils sont tributaires des cours mondiaux des produits de base. La politique monétaire est impuissante à corriger les mouvements de courte durée de ces prix, car ses effets ne se font sentir qu’après de longs délais. En conséquence, il ne serait pas indiqué que la Banque ait pour seul guide le taux d’accroissement de l’IPC global du moment pour formuler une politique monétaire permettant d’atteindre la cible d’inflation dans l’avenir. La Banque cherche à faire abstraction des fluctuations transitoires de l’inflation mesurée par l’IPC global en se fondant sur des mesures de l’inflation jugées plus représentatives de la tendance sous-jacente de l’inflation. Ces mesures servent à orienter ses interventions au regard de la cible établie pour l’évolution de l’IPC global en donnant un aperçu de la trajectoire que suivrait cet indice en l’absence de mesures correctrices de politique monétaire. L’inflation fondamentale est ainsi suivie de près afin de faciliter l’atteinte de la cible fixée pour l’IPC global – non parce qu’on substitue à celle-ci une autre cible basée sur l’inflation sous-jacente.

Pages connexes

Indice des prix à la consommation (données remontant jusqu'à 2000)
Données mensuelles se rapportant à l'IPC global (chiffres désaisonnalisés ou non), à l'indice de référence, l'IPC hors alimentation, énergie et l'effet des modifications des impôts indirects et à IPCP.

Feuille de calcul de l'inflation
La feuille de calcul de l'inflation utilise les données mensuelles de l'indice des prix à la consommation (IPC) depuis 1914 jusqu'à maintenant pour montrer les variations du coût d'un « panier » fixe de produits de consommation.

Document d'information :

Viser juste : pourquoi la Banque du Canada cible un taux d'inflation bas et stable

Une présentation dynamique sur les avantages que procure un taux d’inflation bas et stable (vous devez avoir Adobe Flash).

Entente relative à la cible de maîtrise de l'inflation

En 1991, la Banque du Canada et le ministre des Finances ont convenu d’un cadre pour la cible de maîtrise de l’inflation visant à guider la politique monétaire canadienne. L’entente a depuis été reconduite plusieurs fois; le dernier renouvellement remonte à 2011 et couvre la période allant jusqu’à la fin de 2016.