La Banque du Canada a annoncé aujourd'hui qu'elle abaisse le taux officiel d'escompte de un quart de point de pourcentage pour le fixer à 5 %. Les limites de la fourchette opérationnelle pour le taux du financement à un jour 1 diminuent également de un quart de point de pourcentage, et la cible que vise la Banque pour ce taux s'établit maintenant à 4 3/4 %.

Depuis les derniers mois de 2000, le rythme de l'expansion au Canada est descendu au-dessous du taux de croissance potentiel à long terme de l'économie. Les données recueillies depuis le 6 mars, la précédente date d'annonce préétablie de la Banque, indiquent que ce ralentissement est conforme en gros à ce que celle-ci prévoyait. Il est en grande partie attribuable au tassement marqué de l'activité aux États-Unis, la demande intérieure finale ayant en fait maintenu son élan. Dans l'ensemble, on s'attend à ce que l'économie canadienne tourne quelque peu en deçà des limites de sa capacité au milieu de 2001, ce qui fera pression à la baisse sur l'inflation. Par conséquent, l'inflation mesurée par l'indice de référence, qui est actuellement de 2 %, devrait diminuer. Le taux d'accroissement de l'IPC global, qui se situe maintenant près de 3 %, devrait reculer lui aussi pour s'établir à 2 % d'ici la fin de 2001.

Compte tenu du ralentissement de la croissance et de l'apparition attendue d'une situation d'offre excédentaire, la baisse de taux annoncée aujourd'hui, conjuguée aux réductions de janvier et de mars, vise à soutenir la croissance de la demande globale et cadre avec l'objectif de la Banque, qui est de maintenir l'inflation à moyen terme près du point médian de sa fourchette cible de 1 à 3 %.

La Banque croit toujours que le ralentissement de l'activité économique au Canada au premier semestre de cette année sera suivi d'un raffermissement durant le second semestre et en 2002. Ce revirement reflétera un certain nombre de facteurs, dont la fin de la correction actuelle des stocks, la poursuite des investissements dans les nouvelles technologies, les récentes diminutions d'impôt, l'assouplissement des conditions monétaires au pays et, d'abord et avant tout, une accélération de la croissance de l'activité aux États-Unis. Comme on ne sait pas avec certitude quand cette dernière se produira ni quelle sera son ampleur, la Banque continuera de suivre de près l'évolution de la situation.

Note d'information :

On trouvera dans le Rapport sur la politique monétaire qui sera publié le 1er mai prochain une description détaillée de l'opinion de la Banque sur la conjoncture économique et les perspectives en matière d'inflation.
La prochaine date d'annonce au sujet du taux officiel d'escompte est le 29 mai 2001.