La Banque du Canada a annoncé aujourd'hui qu'elle abaisse le taux cible du financement à un jour de un quart de point de pourcentage pour le ramener à 4 1/4 %. Elle réduit également de un quart de point de pourcentage les limites de la fourchette opérationnelle pour ce taux, ainsi que le taux officiel d'escompte, qui s'établit maintenant à 4 1/2 %.

Depuis la parution du Rapport sur la politique monétaire d'octobre, l'actualité économique et financière a été marquée par un certain nombre d'événements ayant une incidence sur les perspectives d'évolution de la production et de l'inflation au Canada.

Conformément aux perspectives présentées dans le Rapport, l'expansion de l'économie mondiale s'est poursuivie à un rythme robuste et les prix des produits de base sont demeurés élevés. La croissance de l'économie canadienne cadre généralement avec les attentes de la Banque, en grande partie grâce à la vigueur de la demande intérieure. En octobre, toutefois, tant l'inflation mesurée par l'IPC global que celle mesurée par l'indice de référence, respectivement à 2,4 % et à 1,8 %, se sont établies en deçà des prévisions de la Banque, par suite de l'intensification des pressions concurrentielles liées au niveau du dollar canadien. La Banque s'attend maintenant à ce que, dans les prochains mois, l'inflation soit inférieure à ce qui était projeté dans le Rapport. Dans le contexte de la volatilité exceptionnelle observée sur les marchés financiers mondiaux, le dollar canadien a bondi nettement au-dessus de la parité avec le dollar américain en novembre, mais il se négociait dernièrement plus près du niveau de 98 cents É.-U. postulé dans le Rapport d'octobre.

Dans l'ensemble, l'économie canadienne continue de fonctionner au-dessus de sa capacité de production. Étant donné le dynamisme de la demande intérieure et la faible croissance de la productivité, des risques à la hausse pèsent encore sur la projection de la Banque relative à l'inflation.

En revanche, d'autres événements survenus depuis octobre donnent à penser que les risques à la baisse entourant la projection de la Banque au sujet de l'inflation ont augmenté. Les difficultés liées à l'évaluation des produits structurés et aux pertes anticipées sur les prêts hypothécaires à risque aux États-Unis, qu'éprouvent les marchés financiers mondiaux, se sont aggravées depuis la mi-octobre et devraient persister plus longtemps que prévu. Dans ces circonstances, le coût du financement pour les banques s'est accru à l'échelle internationale et au Canada, et les conditions du crédit se sont resserrées davantage. Les risques planant sur les perspectives d'évolution de la demande d'exportations canadiennes se sont accentués en raison de l'assombrissement des perspectives de l'économie américaine, en particulier dans le secteur du logement.

Compte tenu de tous ces facteurs, la Banque juge que la résultante des risques associés à la projection en matière d'inflation jusqu'à la fin de 2009, qui a été publiée en octobre, s'inscrit maintenant en baisse. À la lumière de ce changement, la Banque a décidé d'abaisser le taux cible du financement à un jour. Lors de sa prochaine décision concernant le taux directeur, en janvier, la Banque évaluera l'évolution économique et financière dans son ensemble ainsi que la résultante des risques. La Mise à jour du Rapport sur la politique monétaire, qui paraîtra le 24 janvier 2008, contiendra une projection complète sur l'économie et l'inflation.

Note d'information

La prochaine date d'établissement du taux cible du financement à un jour par la Banque du Canada est le 22 janvier 2008.