Publication

  • 24 août 2004

    L'efficience des marchés canadiens de capitaux : survol des travaux de recherche de la Banque du canada

    Les marchés et instruments financiers contribuent de façon importante au bien-être économique des Canadiens. La Banque du Canada s'intéresse à l'efficience des marchés de capitaux en raison de ses responsabilités en matière de conduite de la politique monétaire, de promotion de la stabilité du système financier et de gestion financière. Hendry et King mettent en lumière les principales conclusions des travaux de recherche publiés durant la dernière année par la Banque du Canada et touchant à l'efficience des marchés de capitaux, et récapitulent les enseignements tirés de ces travaux. Les recherches menées jusqu'ici portent à croire que les marchés canadiens sont efficients pour un pays de la taille du Canada, mais qu'ils sont moins diversifiés que leurs pendants américains et que des améliorations sont souhaitables dans certains domaines.
  • 24 août 2004

    Revue de la Banque du Canada - Été 2004

    Revue BdC - Été 2004

    Page couverture

    Billet à ordre de 1712

    Le billet mesure 28 cm x 16 cm et fait partie de la Collection nationale de monnaies de la Banque du Canada.

    Photographie : Gord Carter, Ottawa.

  • 23 août 2004

    L'évolution de la liquidité du marché des obligations du gouvernement canadien

    À la lumière des taux de rotation observés, Anderson et Lavoie analysent l'évolution récente de la liquidité de divers marchés secondaires d'obligations d'État, en particulier celui des titres du gouvernement canadien. Selon eux, les variations du degré de liquidité ont résulté en grande partie de facteurs cycliques tels que les changements du niveau des taux d'intérêt et de la propension des investisseurs à prendre des risques, ainsi que du comportement des marchés boursiers à la fin des années 1990. Les auteurs examinent également les tendances à long terme d'ordre structurel et stratégique, notamment le rythme d'adoption des innovations financières et technologiques de même que le niveau des emprunts du gouvernement et les initiatives liées à la gestion de la dette publique.
  • 22 août 2004

    Comment les marchés canadiens de capitaux se comparent-ils aux autres?

    Dans une allocution prononcée dernièrement, la sous-gouverneure Sheryl Kennedy évalue l'efficience relative des marchés canadiens de capitaux dans une optique mondiale. Elle passe en revue la tenue récente de ces marchés au regard des trois aspects de l'efficience — les aspects allocatif, opérationnel et informationnel — et souligne que le degré d'efficience allocative d'un marché est fonction de son degré d'efficience informationnelle et opérationnelle. Pour évaluer l'efficience allocative, Mme Kennedy examine la taille et la complétude des marchés canadiens ainsi que la facilité d'accès au financement. Elle aborde la question de l'efficience opérationnelle des marchés sous l'angle de leur liquidité et de la compétitivité des coûts de transaction. Enfin, elle se penche sur la transparence et l'intégrité des marchés au Canada afin de déterminer leur efficience informationnelle. Le tableau brossé par Mme Kennedy fournit des indications sur la façon dont les marchés canadiens peuvent continuer d'accroître leur efficience et demeurer concurrentiels.
  • 21 août 2004

    La contrefaçon au Canada

    La contrefaçon constitue un problème majeur pour les pouvoirs publics en raison du rôle important que joue le papier-monnaie dans le système de paiement au Canada. Au cours de la dernière décennie, les progrès techniques qu'ont connus les photocopieurs et les imprimantes d'ordinateur ont amplifié les risques de contrefaçon dans tous les pays. Les autorités doivent adopter une politique adéquate pour contrer ce phénomène afin que soit maintenue la confiance du public dans la monnaie nationale. Il est indispensable d'estimer le stock de faux billets en circulation pour évaluer les retombées de la contrefaçon, dont une éventuelle perte de confiance dans la monnaie. Dans son article, Chant propose une méthode de calcul composite plus efficace en remplacement des approches existantes et présente des estimations du degré de contrefaçon de billets canadiens pour 2001. En annexe, l'auteur résume ses méthodes et actualise ses calculs jusqu'en 2003.