Les vulnérabilités du système financier accentuent les risques à la baisse pour les perspectives de croissance du PIB. Le risque à la baisse est mesuré par le PIB exposé au risque, c’est-à-dire le taux de croissance du PIB qui devrait être dépassé dans tous les cas sauf dans les 5 % représentant les pires résultats attendus.

Pour veiller à la stabilité financière, il est important de gérer les risques entourant les perspectives de croissance du PIB. Les risques pour la stabilité financière illustrent dans quelle mesure la croissance du PIB peut être inférieure au résultat le plus probable. Selon notre définition, le risque pour la stabilité financière est l’écart entre le PIB exposé au risque et la perspective de croissance médiane du PIB.

Les autorités monétaires doivent opérer un arbitrage entre les risques pour la stabilité financière et les risques macroéconomiques. Lorsque l’économie tourne près de son plein potentiel et qu’elle affiche des vulnérabilités importantes, une augmentation des taux aura pour effet de réduire les risques pour la stabilité financière, mais aussi de ralentir la croissance du PIB, ce qui accentuera les risques macroéconomiques.

Le resserrement des politiques macroprudentielles réduit considérablement les risques pour la stabilité financière, puisque les vulnérabilités diminuent. N’eût été le resserrement imposé en 2018, l’arbitrage par les autorités monétaires aurait été plus difficile.