Le taux directeur expliqué

La politique monétaire conduite par la Banque du Canada repose essentiellement sur le taux cible du financement à un jour. Découvrez en quoi consiste ce taux et ce qu’il signifie pour vous.

Le taux cible du financement à un jour

Le principal outil que la Banque du Canada utilise pour maîtriser l’inflation est le taux cible du financement à un jour, aussi appelé taux directeur. Ce taux influe sur de nombreux taux d’intérêt qui ont de l’importance pour les Canadiens.

Le marché du financement à un jour

Chaque jour ouvrable, les institutions financières canadiennes se transfèrent des paiements pour répondre aux besoins de leurs clients. Lorsque vous vous servez de votre carte de débit ou que vous effectuez un virement électronique, l’argent circule entre les institutions financières. À la fin de la journée, celles-ci doivent régler tous ces paiements. Certaines peuvent avoir envoyé plus de paiements qu’elles n’en ont reçu, et vice versa.

Pour équilibrer leurs soldes réciproques, les institutions financières peuvent s’emprunter des fonds l’espace d’une journée sur le marché du financement à un jour. La Banque fixe une cible pour le taux d’intérêt qu’elle veut que les institutions financières appliquent quand elles s’accordent mutuellement des prêts à un jour.

Taux de rémunération des dépôts et taux officiel d’escompte

Les institutions financières ne sont pas obligées de s’accorder mutuellement des prêts pour équilibrer leurs soldes quotidiens : elles peuvent aussi faire appel à la Banque. Dans ce cas, elles déposent des fonds auprès de la Banque au taux de rémunération des dépôts ou lui en empruntent au taux officiel d’escompte, puis les retirent ou les remboursent le jour suivant.

L’écart entre le taux de rémunération des dépôts et le taux officiel d’escompte – la fourchette opérationnelle – a généralement une largeur d’un demi-point de pourcentage. Le taux directeur de la Banque se situe au milieu de cette fourchette. Par exemple, si la Banque établit le taux directeur à 2,25 % :

  • a limite inférieure de la fourchette est 2 % – c’est le taux de rémunération des dépôts;
  • la limite supérieure de la fourchette est 2,5 % – c’est le taux officiel d’escompte.

Comment les institutions se financent-elles dans les faits?

En réalité, les institutions financières choisissent presque toujours de s’échanger des fonds. C’est parce que l’ensemble du système s’équilibre toujours. Une institution qui a besoin de fonds sait qu’une autre est en mesure de lui en prêter.

L’écart entre le taux de rémunération des dépôts et le taux officiel d’escompte incite les institutions financières à se prêter entre elles plutôt qu’à recourir à la Banque. À titre d’exemple :

  • L’institution A a des fonds en surplus. Elle cumulera davantage d’intérêts en prêtant ces fonds à l’institution B qu’en les transférant à la Banque au taux de rémunération des dépôts.
  • Parallèlement, l’institution B a besoin de fonds. Elle préférera en emprunter à un taux plus bas que le taux officiel d’escompte, et trouvera donc plus avantageux d’emprunter auprès de l’institution A.

C’est ainsi que les institutions financières sont fortement motivées à se prêter entre elles à des taux d’intérêt se situant à l’intérieur de la fourchette opérationnelle. Lorsque la Banque ajuste son taux directeur, elle modifie du même coup et dans les mêmes proportions le taux de rémunération des dépôts et le taux officiel d’escompte, de sorte que cette fourchette conserve la même largeur.

Lors de la crise financière mondiale de 2007-2009 et encore en 2020, face à la pandémie de COVID-19 , la Banque a abaissé le taux directeur à 0,25 % afin de soutenir l’économie. Comme il s’agit de la valeur plancher de ce taux, la Banque a fixé temporairement le taux de rémunération des dépôts au même niveau , la fourchette opérationnelle allant de 0,25 à 0,50 %.

Ce que cela signifie pour vous

Le public n’a pas accès à ce marché du financement à un jour pour emprunter ou prêter des fonds. Toutefois, le taux directeur et ce marché sont importants pour vous. En incitant les institutions financières à se prêter entre elles à un taux avoisinant le taux directeur, le marché du financement à un jour influe sur les taux d’intérêt applicables à toutes sortes d’emprunts au sein de l’économie, y compris :

  • le taux préférentiel des banques commerciales (pratiqué sur des prêts comme les lignes de crédit);
  • les taux hypothécaires;
  • les taux d’intérêt sur les dépôts, les certificats de placement garanti et d’autres produits d’épargne.

Pourquoi modifier la cible?

Une économie qui a du mal à progresser risque de voir l’inflation descendre nettement sous la cible de 2 %. Afin de remédier à la situation, la Banque pourrait réduire son taux directeur pour faire baisser les autres taux d’intérêt au sein de l’économie. Résultat :

  • Les particuliers et les entreprises payent moins d’intérêts sur leurs prêts hypothécaires et autres, et en cumulent moins sur leur épargne.
  • La réduction des taux d’intérêt incite les particuliers à dépenser davantage, ce qui stimule l’économie.

Si, en revanche, l’économie progresse trop rapidement, elle risque de voir augmenter l’inflation. Dans ce cas, le taux directeur pourrait être relevé. Résultat :

  • Les particuliers et les entreprises payent davantage d’intérêts sur leurs prêts hypothécaires et autres, ce qui a pour effet de décourager les emprunts, de réduire les dépenses et de freiner l’inflation.
  • Le relèvement des taux d’intérêt incite les particuliers à épargner davantage et à dépenser moins, ce qui ralentit l’économie.
En 2000, la Banque a adopté un régime de huit dates préétablies par an pour annoncer des modifications éventuelles de son taux directeur. Dans des circonstances particulières, elle peut ajuster ce taux à d’autres dates. C’est ce qu’elle a fait, par exemple, les 13 et 27 mars 2020, en tenant compte des chocs économiques liés à la pandémie de COVID 19.
Type(s) de contenu : Documents explicatifs