Dans cette étude, l'auteur procède à l'analyse de la dynamique des salaires et des prix au Canada en vue de tester les implications d'un modèle type, où les coûts unitaires de main-d'oeuvre sont déterminés par une courbe de Phillips appliquée aux salaires et où les prix sont égaux aux coûts unitaires de main-d'oeuvre plus une marge. À cette fin, le modèle en question est comparé à un autre où la demande excédentaire influe sur les prix directement plutôt que par l'entremise d'une courbe de Phillips appliquée aux salaires. Les résultats empiriques font ressortir que, contrairement à ce que l'on observe dans le modèle type, le lien de causalité à la Granger qui existe entre le taux de variation des prix et celui des salaires (corrigé pour tenir compte de la productivité) va du premier au second, et non l'inverse; en outre, la demande excédentaire agit sur les prix directement, et non pas seulement par le truchement des salaires comme le laissent croire les prédictions de la version la plus stricte du modèle type. Les résultats obtenus semblent aussi corroborer la théorie qui veut que les prix et les coûts unitaires de main-d'oeuvre soient cointégrés. Par ailleurs, l'ajustement des prix semble être correctement décrit par une courbe d'offre globale définie dans le plan prix-production, c'est-à-dire une courbe de Phillips appliquée aux prix. L'ajustement des salaires, quant à lui, peut être formalisé par un modèle de correction des erreurs où les salaires s'ajustent de manière à combler les écarts entre le salaire observé et le salaire d'équilibre.