A Measure of Underlying Inflation in the United States

Disponible en format(s) : PDF

Une banque centrale ayant pour objectif premier de préserver la stabilité des prix doit pouvoir distinguer les chocs temporaires qui frappent les prix et les chocs persistants qui touchent le taux d'inflation. Il importe donc qu'elle dispose d'une mesure de l'inflation sous-jacente susceptible de la guider dans la conduite de la politique monétaire. L'auteure de l'étude mesure l'inflation sous-jacente aux États-Unis au moyen d'un vecteur autorégressif structurel (SVAR). Elle prend pour hypothèse que les variations de l'inflation mesurée résultent a) de chocs d'offre ponctuels que subissent les prix et b) de chocs de demande persistants qui touchent le taux d'inflation. Elle obtient ainsi un ensemble de restrictions à long terme permettant d'isoler les chocs structurels auxquels est soumis le taux d'accroissement des prix à la consommation.

Le modèle, qui est estimé à l'aide de données mensuelles, englobe l'indice des prix à la consommation (IPC), le taux d'utilisation des capacités (CAPUT), les prix à la production des biens de consommation finis (PPI) et les prix à l'importation (IMP). Les résultats présentés par l'auteure donnent à penser que l'inflation mesurée aux États-Unis est restée au-dessous du taux de l'inflation tendancielle en 1994 et 1995, années au cours desquelles les tensions inflationnistes sont demeurées faibles, en dépit d'une croissance économique supérieure à celle de la production potentielle et de tensions sur le marché du travail. Il semble également que des facteurs temporaires aient contribué à contenir les tendances inflationnistes ces dernières années. Les chocs passés devraient exercer de nouvelles pressions à la baisse sur le taux d'inflation. De plus, l'auteure constate que le resserrement monétaire opéré en 1994 et en 1995 coïncidait avec une tendance à la hausse du taux d'inflation sous-jacent, à un moment où l'inflation mesurée s'orientait toujours à la baisse. Ce résultat vient appuyer la thèse que la Réserve fédérale réagit aux mouvements du taux de l'inflation tendancielle.