Measuring Potential Output within a State-Space Framework

Disponible en format(s) : PDF

Comme l'écart de production estimatif est un indicateur de l'intensité des pressions inflationnistes au sein de l'économie, l'auteure de l'étude cherche à évaluer si le recours aux modèles espace d'états pour estimer la production potentielle et, partant, l'écart de production peut être d'une quelconque utilité dans la mise en oeuvre de la politique monétaire. Le point de départ de son analyse est le modèle à composantes non observées que Gerlach et Smets (1997) appliquent aux pays du Groupe des Sept. Après avoir soumis le modèle à plusieurs tests de diagnostic, l'auteure modifie certaines des hypothèses initiales pour tenir compte d'aspects précis de l'économie canadienne. Elle s'attache en particulier à la spécification de la composante permanente de la production et des attentes relatives à l'inflation, à la question du choix de l'indice des prix servant à mesurer l'inflation (IPC global ou IPC hors alimentation, énergie et effet des impôts indirects) et à l'intégration de chocs d'offre appropriés à la courbe de Phillips. Dans chacun des cas, le modèle est soumis à un test de diagnostic et la qualité de ses prévisions en dehors de la période d'estimation est examinée. Les diverses modifications apportées au modèle permettent d'améliorer quelque peu la spécification de ce dernier ainsi que sa capacité de prévision en dehors de la période d'estimation. L'auteure conclut, à la lumière de ces résultats, que le recours aux modèles espace d'états pour estimer l'écart de production peut s'avérer très utile dans la formulation de la politique monétaire.