La Banque du Canada a relevé aujourd'hui d'un demi-point de pourcentage le taux cible du financement à un jour, le portant ainsi à 5 3/4 %. Les limites de la fourchette opérationnelle pour le taux à un jour ont aussi été relevées d'un demi-point de pourcentage, et le taux officiel d'escompte se situe maintenant à 6 %.

Dans la dernière livraison du Rapport sur la politique monétaire, parue la semaine dernière, la Banque faisait état de la vigueur de la demande de produits canadiens au pays et à l'étranger, de l'apparition des premiers signes de pressions sur les capacités de production et de la nécessité de faire contrepoids à ces tendances pour préserver le climat d'inflation faible et stable qui s'est avéré bénéfique à l'économie de notre pays.

Le dynamisme de l'économie américaine a constitué un important facteur de la croissance rapide de la demande de produits canadiens. La décision prise hier par le Conseil des gouverneurs de la Réserve fédérale des États-Unis de hausser le taux cible des fonds fédéraux de 50 points de base témoigne de la robustesse de cette économie; le risque que les pressions s'exerçant sur la demande et l'inflation dans ce pays se propagent au Canada est donc toujours présent.

Il ressort de la mesure annoncée aujourd'hui par la Banque du Canada qu'un resserrement des conditions monétaires au pays est considéré comme justifié compte tenu de la vigueur fondamentale de la croissance de la demande et du niveau élevé de l'activité, qui soulèvent le risque que des pressions excessives se fassent sentir sur les capacités de production au sein de l'économie canadienne et, partant, sur l'inflation.

C'est par son engagement à maintenir un taux d'inflation bas et stable que la politique monétaire peut le mieux contribuer à faire en sorte que l'expansion économique se poursuive au Canada, ce qui accroîtra les chances d'un recul du chômage et d'une amélioration de la productivité.