Rapport sur la politique monétaire - Mai 2001

Disponible en format(s) : PDF

Au moment de la parution du Rapport sur la politique monétaire de novembre 2000, on estimait que l’économie mondiale conservait un grand dynamisme, malgré l’apparition de signes indiquant que le ralentissement attendu de l’activité aux États-Unis s’était amorcé.

En réalité, la baisse de régime de l’économie américaine a été plus prononcée que prévu et, en grande partie sous l’effet de ce facteur, la progression de la demande mondiale a été inférieure aux projections. Le tassement de l’activité à l’échelle internationale, conjugué au recul des prix de l’énergie par rapport aux sommets atteints antérieurement, a atténué le risque d’une recrudescence des pressions inflationnistes dans le monde.

La brusque décélération de l’expansion aux États-Unis, surtout du côté de la demande de véhicules automobiles et de matériel informatique et de télécommunication, a été déterminante dans le ralentissement de la croissance économique survenu au Canada vers la fin de l’an dernier et au début de 2001. Compte tenu du rééquilibrage des stocks en cours dans les secteurs où la demande s’est repliée, on s’attend maintenant à ce que, tant aux États-Unis qu’au Canada, le rythme d’expansion au premier semestre de cette année soit nettement moindre qu’on ne l’avait projeté en novembre. En conséquence, l’économie canadienne tournera probablement un peu en deçà des limites de sa capacité au milieu de 2001, ce qui donne à penser que des pressions à la baisse s’exerceront sur l’inflation mesurée par l’indice de référence durant le reste de l’année.

Sommaire du RPM - Mai 2001