La Banque du Canada a annoncé aujourd'hui qu'elle abaisse le taux cible du financement à un jour 1 de un quart de point de pourcentage pour le fixer à 4 %. Elle réduit ainsi de un quart de point de pourcentage les limites de la fourchette opérationnelle pour ce taux, de même que le taux officiel d'escompte, qui s'établit maintenant à 4 1/4 %. Cette baisse porte la réduction totale des taux d'intérêt de la Banque depuis le début de 2001 à 1 3/4 point de pourcentage.

Les données économiques publiées depuis la dernière annonce de la Banque relative aux taux d'intérêt, le 17 juillet, donnent à penser que la croissance de l'activité au Canada a été plus lente que prévu. Ce tassement reflète en partie une diminution de la demande extérieure de biens manufacturés et de produits de base canadiens, qui découle principalement de la faiblesse continue de l'économie américaine, notamment des dépenses d'investissement. De plus, l'expansion économique à l'extérieur de l'Amérique du Nord s'est considérablement ralentie. Au Canada, la progression de la demande intérieure finale s'est modérée, et la correction du niveau des stocks dans certains secteurs, en particulier la fabrication de matériel de télécommunication, n'est pas aussi avancée qu'on l'avait projeté.

À la lumière de ces facteurs, la Banque s'attend maintenant à ce que l'économie canadienne croisse à un rythme inférieur à celui de la production potentielle aux troisième et quatrième trimestres de 2001, ce qui se traduira par un niveau d'activité moindre que ce qu'on avait d'abord prévu. Les pressions qui s'exerceront sur l'appareil de production et l'inflation pendant le reste de l'année et au début de 2002 s'en trouveront ainsi atténuées.

En juillet, le taux de progression de l'IPC global a chuté à 2,6 %, en grande partie à cause du recul des prix de l'essence et du gaz naturel. Bien que l'inflation mesurée par l'indice de référence ait légèrement augmenté, pour atteindre 2,4 %, la Banque continue de prévoir que la hausse des prix à la consommation s'établira aux environs de 2 % d'ici la fin de l'année par suite de la réduction des pressions sur le marché des produits et celui du travail.

Dans le contexte du niveau inférieur de la croissance par rapport aux attentes et de l'allégement des pressions inflationnistes qui en découle, la baisse des taux d'intérêt annoncée aujourd'hui, combinée aux conditions monétaires expansionnistes déjà en place, a pour objet de soutenir l'expansion de la demande intérieure. Cette mesure devrait contribuer à ramener l'économie, au second semestre de l'année prochaine, vers des taux d'activité compatibles avec le maintien de l'inflation près de la cible de 2 % visée par la Banque. Vu les inconnues qui persistent au sujet de l'économie mondiale, particulièrement en ce qui a trait au moment et à l'ampleur de la reprise des investissements aux États-Unis, ainsi que l'incertitude qui entoure la demande intérieure au Canada, la Banque continuera de suivre de près l'évolution de la situation.

Note d'information :

La prochaine date d'établissement du taux directeur de la Banque sera le 23 octobre 2001.