Dans cet article, les auteurs étudient les effets persistants des chocs monétaires sur la production. Cette persistance est bien établie dans la littérature empirique, mais les modèles standard d'équilibre général avec rigidité des prix ne réussissent pas à générer des réponses de la production qui persistent au-delà de la durée des contrats nominaux. Dans cette étude, les auteurs construisent un modèle d'équilibre général à prix rigides où les consommateurs forment des habitudes et où l'ajustement du capital est coûteux. Le modèle est estimé par la méthode du maximum de vraisemblance en utilisant des données américaines sur la monnaie, la production et le taux d'intérêt. Les résultats économétriques indiquent que la formation d'habitudes et les coûts d'ajustement du capital sont importants dans l'explication des effets de la politique monétaire sur la production. En particulier, l'analyse des fonctions de réponse montre qu'après un choc monétaire, le modèle génère des réactions de la production qui sont persistantes et en forme de « bosse ».

Publication :

Journal of Monetary Economics (0304-3932)
Septembre 2005, vol. 52, no 6, p. 1073-1088