L'objet de ce survol est de mettre en évidence les implications des rigidités des salaires (et des revenus d'emploi) liées au partage du risque, pour la reproduction de certains faits stylisés concernant la persistance des cycles économiques. Il s'agit de montrer les effets potentiels du partage du risque entre entreprises et employés sur la dynamique de l'emploi et de la consommation et donc de la production, dynamique que les modèles macro-économiques traditionnels ont parfois du mal à reproduire. En particulier, j'expose les propriétés que les contrats de travail autoexécutoires confèrent au salaire réel, à l'emploi et à la consommation; et j'explique comment ces propriétés sont susceptibles de pallier les insuffisances, au chapitre de la dynamique — plus précisément de la persistance — des mécanismes de propagation interne de ces modèles courants.

Aussi publié sous le titre :

La poignée de main invisible et la persistance des cycles d’affaires : un survol
L’Actualité économique (0001-771X (version papier); 1710-3991 (Internet))
Décembre 2003, vol. 79, no 4, p. 563-581